->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

VO2 Trail : Gael Raynaud le bienheureux.

Inscrit sur le Grand trail des Templiers, le haut alpin Gael Raynaud récemment blessé a du renoncer et a fait mauvaise fortune bon cœur en se rabattant sur la VO2 Trail. Avec au bout la joie simple de la victoire.

Il y a des trailers qui franchissent la ligne d’arrivée en laissant échapper quelques larmes. D’autres qui hurlent pour libérer la pression de la course. D’autres encore qui s’effondrent de fatigue, incapables qu’ils sont de prononcer un mot. Là, sous l’arche libérateur, le panel des émotions humaines montre sa variété sans fard. Et puis il y a ceux dont la joie illumine le visage et qui se tournent vers autrui pour bien s’assurer que ce coureur qui vient de réussir sa course c’est bien eux. Qu’il n’y a pas d’erreur.Gael Raynaud est de ceux là. La ligne de la VO2 Trail une fois franchie, il a arpenté longuement l’aire d’arrivée grouillante des concurrents et concurrentes des diverses courses de ce samedi après-midi, comme pour prendre à témoin de sa victoire tous ceux qui croisaient sa route ou son regard. Bien sûr la VO2 Trail avec ses 19 kilomètres et ses 900 mètres de dénivelé est un champ d’essai pour bon nombre de coureurs.

Julien Rancon a même inscrit son nom à son palmarès. Et passer la ligne d’arrivée en vainqueur peut être la promesse d’autres horizons. De par son jeune âge, 24 ans, Gael Raynaud le vainqueur de l’édition 2013 est peut-être l’avenir du trail. Son origine, il est de Briançon, sa pratique, il courre la montagne comme un chamois, sa précocité, il a commencé à l’age de 14 ans après avoir fait du foot et du VTT, laissent entrevoir d’autres objectifs, plus ambitieux, plus corsés. Et pourtant cette joie simple et rayonnante, qu’il exprimait une fois l’arrivée franchie, a d’autres raisons que la confirmation d’un talent en devenir.

Il explique: «Je suis déjà habitué aux trails de 40 à 60 kilomètres. Aussi cette année j’avais programmé de faire le Grand trail des Templiers où je rêvais d’entrer dans le top 20. Hélas je me suis fait une entorse il y a cinq semaines. Et c’est très déçu que j’ai du renoncer à la course majeure. Mais je voulais quand même participer à ce Festival qui en fait rêver plus d’un et la VO2 Trail, même si c’est une distance courte était adaptée après ma blessure et une reprise de l’entraînement vieille d’une semaine. Aussi gagner cette course après la frustration d’avoir renoncer aux Templiers c’est vraiment beaucoup de bonheur.»

Adepte des bosses raides et des descentes abruptes, et le briançonnais de Patrick Michel (cet autre vainqueur des Templiers en 1996) n’en manque pas, Gael Raynaud était finalement calibré pour la VO2 trail. Récit:«Dans la montée je n’étais pas au mieux. Puis quand le terrain a été un peu plus technique j’ai accéléré et dans la descente où je suis à l’aise j’ai déroulé». Cuisinier de métier, Gael arrive cependant à se préparer avec l’enthousiasme qui caractérise son âge. Et on ne peux que lui souhaiter d’accomplir l’an prochain son rêve en revenant ici au pied de la Puncho d’Agast et être fin prêt le dimanche matin.