->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Un Fabien Palcau et une équipe junior de gala

Comme en 2013 à Belgrade, les juniors tricolores ont remporté l’or par équipes, dans le sillage d’un excellent Fabien Palcau, médaillé d’argent derrière l’Italien Yemaneberhan Crippa, qui réalise la passe de deux après son succès en 2014. Quatre Français figurent dans le top 14, et les six ont terminé dans les 21 premiers. 

Dans l’aire d’arrivée, Jimmy Gressier explose. Il vient de regarder l’écran géant : pour deux petits points (27 contre 29 pour l’Italie, vainqueur en 2014), les Bleus sont champions d’Europe par équipes. Derrière une barrière, les supporters du DUC (Dijon) hurlent leur joie en direction de Fabien Palcau, qui vient de prendre l’argent en individuel.

« Super intelligents » glisse Pascal Machat, référent jeunes auprès de la Fédération, à ses ouailles. Car les Bleus ont obéi à la tactique dictée avant la course. Prudence au début, avant de lâcher les chevaux « dans le dernier tiers » expliqua après-coup Pascal Machat.

Arrivée

Le Franco-Suisse Julien Wanders mena les débats –avant de lâcher prise et finir 12e, passant au travers pour la troisième fois consécutive d’un rendez-vous où il arrivait avec la pancarte de favori (28’49’’ sur dix bornes en octobre). Avant que le champion d’Europe en titre, Yemaneberhan Crippa, planqué jusque là aux alentours de la dixième place, ne lâche une monstrueuse banderille à la mi-parcours.

« Le cœur est monté au cerveau »

« Il a attaqué très fort » glissa Fabien Palcau. Impression corroborée au bord du parcours : ça va très vite. Derrière, on s’accroche comme on peut. Les Bleus, très homogènes comme annoncé, jouent le podium. Notamment Jimmy Gressier, transfuge du foot…qu’il a délaissé pour la course à pied que cette année.  Son coach Arnaud Dinielle en est tout interdit. « Il va se battre pour la médaille » confie t-il à l’amorce du dernier tour, presque comme pour s’en convaincre.

Jimmy Gressier prendra finalement la quatrième place, à deux secondes de l’Espagnol Mahdi El Lahoufi, 3e, au terme d’une longue dernière ligne droite où le public s’est emballé pour Palcau et ses coéquipiers.

L'explosion de joie pour Jimmy Gressier

L’explosion de joie pour Jimmy Gressier

« Putains, les cons » lâche Arnaud Dinielle, les yeux embués. « Ce n’est que du bonheur » ajoute en écho Rémi Geoffroy, coach du nouveau vice-champion d’Europe junior.

« Cette quatrième place n’est que du bonus. Pour une deuxième année d’athlétisme, je ne pouvais pas espérer mieux. J’ai cru au podium dans le dernier tour. Dans la dernière ligne droite, je me suis dis : “Allez jusqu’au bout“, pour rattraper le troisième. Mais je ne pouvais plus. Le cœur est monté au cerveau. On a réussi à détrôner les Italiens qui avaient des cadors dans leur équipe et c’est d’autant plus motivant pour la suite » raconte Jimmy Gressier.

Tremplin pour l’avenir

« C’est une énorme satisfaction » lâche Mohamed-Amine El Bouajaji, 7e et 3e Français. « Le minimum, c’était le podium. On savait qu’on avait l’équipe pour le faire. On s’est motivés durant toute la semaine : même si on avait mal, on devait gratter toutes les places possibles. Le public ? Je me disais que je n’avais pas le droit de craquer, que les gens avaient fait le déplacement pour nous voir et que je devais tout donner jusqu’au bout ».

Juniors

Quelques instants plus tard, avant la cérémonie protocolaire, Fabien Palcau explique pourquoi il fut un moment en retrait avant d’effectuer sa somptueuse remontée.  « Je savais que si je suivais Crippa, j’étais cramé. J’ai remonté comme j’ai pu. Je pensais que j’allais accrocher le top 10 mais je les ai tous remontés. Crippa avait vraiment une large avance et je reviens à une vingtaine de mètres à la fin (six secondes exactement) ».

Joie

Nicolas Witz et Maxime Hueber Moosbrugger (celui-ci enlace Mohamed-Amine El Bouajaji) respectivement 16e et 14e

« Les autres se sont peut-être mis en surrégime et peut-être pas Fabien. Et forcément quand on se met en surrégime, il y a un moment où ça coince derrière. Et j’ai l’impression que Fabien a maintenu son rythme et est repassé devant presque naturellement. Ensuite, il a très bien géré sa fin de course » abonde Rémy Geoffroy.

Un tremplin pour la suite ? « Forcément. Çà fait deux trois ans que Fabien est en progrès constants. Il a un profil plutôt intéressant pour la longévité de sa carrière. Je pense qu’il sera un grand coureur en cross et sur piste aussi ».

Un tremplin pour l’ensemble de cette génération pétrie de talents.

Les six juniors ont entonné la Marseillaise à pleins poumons sur le podium

Les six juniors ont entonné la Marseillaise à pleins poumons sur le podium

Les résultats des juniors hommes : cliquez-ici.

Photos : Jean-Luc Juvin.