->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Trail du Viaduc : jusqu’au bout de la nuit.

Aux flancs des coteaux de Saint-Estéve, où un nouveau théâtre d’arrivée a été créé pour cette édition 2013 la nuit est tombée. Partout sur le Causse à la lumière des frontales les concurrents de l’Endurance Trail et la queue de l’Intégrale des Causses, poursuivent leur quête d’absolu. Pendant ce temps les chevaux légers du Trail du Viaduc partis à 19 h 15, zèbrent la nuit de leur luciole vibrionnante. Contrastes du trail. Communion cependant dans le même esprit sous l’arche de bois des Templiers.Vincent Nuris est de ces flèches qui fendent la nuit avec délectation.

«Je suis de Lozère, c’est la troisième année que je prends le départ de ce trail nocturne. Courir de nuit c’est quelque chose de magique. Les repères ne sont pas les mêmes, l’obscurité rend la technicité plus fine. Il faut de la concentration, une densité mentale dans l’effort.» Comment mieux exprimer ce plaisir de l’effort sous les étoiles. Et Vincent est accro à cette drogue douce. Une première édition en 2011 avec une place de 30ème. Une seconde édition en 2012 avec une place de 10. Alors comme le dit le dicton: jamais deux sans trois. Et 2013 aura été la bonne avec la première place sur le podium.

A 28 ans, Vincent Nuris qui pratique la course à pied dans toutes ses dimensions pour peu qu’elle soit technique, a donc rempli son objectif et pourtant: «Je ne sais pas si je vais revenir l’année prochaine, avec cette première place enfin acquise. Mais je crois que oui. J’aime trop ça et dans ce cadre en plus……».Pendant ce temps les concurrents de l’hyper distance continuaient de franchir la ligne d’arrivée, se tenant la main, ou par l’épaule, s’embrassant chaleureusement ou avec tendresse pour certains. Et nous n’en sommes qu’au soir du premier jour de cette grande fête des Templiers. Ludo et Chocho (Dominique Chauvelier) nos deux animateurs vont encore en avoir des histoires de fraternité, de partage ou de complicité à raconter. Et la nuit est tellement plus propice à ces récits qui parfois touchent à l’intime.