->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Thomas Lorblanchet, le retour progressif à son meilleur niveau

Après avoir vécu une saison difficile marquée par une fracture de fatigue, Thomas Lorblanchet, trois fois vainqueur, ne se fixe pas d’objectif particulier pour les Templiers, se concentrant en premier lieu sur sa propre course.

2002-2013: ce sera la 13e participation de Thomas Lorblanchet aux Templiers. Opéré l’an passé d’une pubalgie, il n’avait pu défendre ses chances sur les Causses (il était toutefois venu en spectateur et avait donné les bidons aux ravitaillements). Sa saison 2013 a également été ponctuée par des pépins physiques, avec une fracture de fatigue en mai. «J’enchaîne un peu les galères. J’ai un nouveau truc tous les six mois » regrette t-il.

«Je n’ai quasiment pas couru jusqu’à fin juillet. Au bout du troisième footing, je me suis fait une entorse et je n’ai pas pu recourir pendant trois semaines. J’ai bien réattaqué depuis le 15 août». Le champion du Monde 2009 de la discipline, après six mois sans remettre un dossard, a pu reprendre la compétition le 7 septembre à l’occasion du trail du Sancy, pour lequel il s’est classé deuxième, derrière Sylvain Court. Avant de prendre part aux championnats de France à Gap, obtenant une sixième place à un petit quart d’heure de Sébastien Spehler. «Ces France, c’était vraiment dans l’idée de me remettre dans le coup du point de vue de la confrontation avec la tête de course. Les Templiers, ça s’inscrit un peu dans le même mouvement. J’espère être un petit mieux qu’aux France. Il y a du boulot que je n’ai pas fait en mai-juin. Ça me manquera peut-être mais j’espère jouer sur la fraîcheur» souligne le traileur, qui a effectué un week-end de reconnaissance fin septembre à Millau.

«Avant de vouloir battre les autres, je vais essayer de retrouver mon meilleur niveau»

Avec quel objectif ? «L’idée est de faire une course pleine où je suis content de mon niveau». Un podium est-il envisageable pour celui qui s’est imposé trois fois, en 2007, 2008 et 2010, terminant deuxième main dans la main avec Thierry Breuil pour sa dernière participation en 2011?«Je ne me mets pas du tout dans cette optique là, justement par rapport au fait que je revienne. Je ne me rends pas du tout compte du niveau auquel je pourrais prétendre. Je ne mets pas dans “l’optique podium“ ou autre. Avant de vouloir battre les autres, je vais essayer de retrouver mon meilleur niveau. Et à l’arrivée, peu importe la place si je suis content de moi. Je ne me mets pas de place en tête» glisse Thomas Lorblanchet, dont la longévité sur le trail n’affecte pas la motivation.

«Je n’ai pas de lassitude. J’ai toujours un peu “le syndrome du gars qui revient“ (une grosse motivation à la sortie d’une blessure qui conduit à brûler les étapes de la reprise, ndlr). J’essaie de ne pas avoir cette envie de revenir trop rapidement car quand tu reviens trop vite, souvent tu te blesses. C’est un peu ce que j’ai fait durant cette saison et du coup j’essaie de prendre un peu plus de temps».

«Il faut désormais se préparer spécifiquement»

Thomas Lorblanchet est aussi le témoin averti d’une discipline dont le niveau se densifie au fil des ans. Un niveau croissante qui impacte «surtout le choix et la préparation des courses. Maintenant, on choisit les courses en se préparant en fonction des spécificités de celles-ci. Les Templiers, c’est certes une course avec du dénivelé, mais les montées font 300, 400 mètres, avec ensuite des plateaux où il faut courir. Il y a donc un certain type de préparation. Je me prépare en fonction de ça, alors qu’avant, on pouvait être polyvalent d’une 6000D aux Templiers sans problème. Maintenant la densité fait qu’il y a des coureurs qui sont plus sur de la montagne pure, d’autres qui sont sur des profils roulants etc…Il faut désormais se préparer spécifiquement».

Ce qui peut de fait occasionner des blessures, le corps ne s’adaptant pas forcément à ces différents profils. Toujours est-il que Thomas Lorblanchet, en dépit de sa «préparation chaotique», est «content de remettre un dossard aux Templiers et de prendre part à la fête». Et il sera un très sérieux challenger…