->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Sur le grill ! 10 idées sur l’alimentation en course à pied débattues

Les experts Anthony Berthou et Denis Riché se mettent à table pour débattre autour de 10 idées préconçues sur l’alimentation du sportif.

Pour certains, la course à pied est une religion. Un engagement à la fois physique et moral, une source de réflexion et d’apaisement, un socle de valeurs et de vertus. Or comme toute religion, la course à pied est régie par des dogmes. Ces théories élevées au rang d’évangiles sont particulièrement nombreuses une fois ouvert le chapitre en lien avec la nutrition du pèlerin sportif. Nous avons donc demandé à Anthony Berthou et Denis Riché, deux apôtres en nutrition, d’analyser ces théories devenues des vérités d’ordre générale.

IDÉE REÇUE 1 : UN RÉGIME ALIMENTAIRE SPÉCIFIQUE EST NÉCESSAIRE POUR PERFORMER

FAUX.

« La première idée préconçue, certainement la plus néfaste, est de croire que nous sommes en mesure d’apporter des conclusions catégoriques vis-à-vis de toutes les autres idées préconçues en lien avec l’alimentation du sportif ! » prévient Anthony Berthou. « La science est subversive, renchérit Denis Riché. Elle ne peut se complaire dans les croyances. Elle observe de façon neutre et modélise. »

Beaucoup de questions. Plusieurs réponses. Attention, à venir, uniquement du « Oui, mais… », du « Non, mais… » et du « Cela dépend… » !

Un mythe mérite cependant d’être déconstruit une bonne fois pour toute : le fait qu’adopter un régime alimentaire spécifique est absolument nécessaire pour optimiser ses performances. La progression en baskets passe par l’assiette, mais pas forcément par la contrainte et la retenue. Anthony Berthou explique : « Plus qu’un régime alimentaire spécifique, il faut avant tout appliquer un principe de bon sens. Le socle de la performance correspond à la capacité du coureur à répondre favorablement à son entrainement. La nutrition idéale est donc celle qui apportent tous les nutriments aux cellules pour que celles-ci fonctionnent de manière optimale. »

IDÉE-REÇUE 2 : LA NUTRITION EST UNE EXPERTISE DISPONIBLE EN LIBRE ACCÈS

Plonger dans des ouvrages dédiés, écumer le web à la recherche d’articles et demander conseil à d’autres sportifs ne peut transformer le passionné, même le plus aguerri, en expert. Internet a universalisé l’accès à l’information, offrant l’opportunité à tous de se documenter et forger son propre avis.

Ce qui dans un sens est positif, puisque cela a permis d’éduquer et sensibiliser la communauté des arpenteurs de bitume, mais dans un autre est assez préjudiciable car, selon Denis Riché, « cet espace ouvert a engendré une banalisation des connaissances ayant tendance à décrédibiliser les acteurs avec une vraie compétence sur cette thématique ». Le spécialiste renchérit : « Cela créé une cacophonie ambiante qui fait que les gens sont complètement perdus ! » Anthony Berthou abonde : « Il y a un vrai danger de vulgarisation car à force de vouloir trop simplifier, on a tendance à caricaturer… »

Nos experts constatent : « Il y a également une certaine forme de paresse intellectuelle doublée d’un manque de courage de l’être humain dans cette situation. En effet, il est bien plus facile de mettre en place un protocole diététique dont on a entendu du bien par-ci et qui a fait ses preuves sur tel athlète par-là, que d’interroger en profondeur et remettre en question un système alimentaire existant et a fortiori un mode de vie… C’est beaucoup moins anxiogène d’appliquer des recettes toutes faites, des solutions clé en main… ».

Dans une certaine mesure, cette mode des régimes serait donc une chimère qui permet au coureur de se voiler la face et de ne pas poser les vraies questions.

IDÉE-REÇUE 3 : LE RÉGIME ALIMENTAIRE SPÉCIFIQUE FONCTIONNE COMME UNE RECETTE MAGIQUE

(…)

La totalité de ce dossier sur les idées préconçues (ou non) sur la nutrition dans la course à pied est à retrouver dans notre numéro 257, en kiosques et à commander ICI.