->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Sofiane Selmouni, « Pékin, une étape vers Rio »

Sofiane Selmouni, 25 ans et demi-finaliste européen à Zurich l’été dernier sur 800 mètres, expose ses ambitions après avoir tutoyé son record personnel à Oordegem. 

Sofiane Selmouni avoue s’être fait une petite frayeur lors de sa rentrée à Oordegem en Belgique le 23 mai, terminant 12e et dernier en 1’48’’42. « J’ai manqué de repères. Ça ne collait pas trop avec ce que je faisais à l’entraînement, où j’ai fait des choses que je n’avais jamais faîtes. J’ai eu un peu peur d’être le champion du Monde de l’entraînement » sourit-il. Comme quoi, on peut aussi passer au travers sur le tartan d’Oordegem, où les meetings sont très prisés des athlètes, hexagonaux mais pas que !

« Tu as l’impression de courir ton premier 800 mètres. J’ai fait aussi une erreur, en passant en 23’’ aux 200 m » raconte le sociétaire de l’Entente Grand Mulhouse Athlé, qui n’avait jusque là pas couru depuis le Décanation à Angers fin août, hormis une sortie sur 1 000 mètres à Metz cet hiver (2’21’’98). Mais Sofiane Selmouni s’est rassuré et a repris « confiance » la semaine suivante, s’imposant, toujours à Oordegem, en 1’45’’97, à trois centièmes de son record (1’45’’94 à Montreuil l’été dernier).

Un 1 500 m à Nancy ?

La suite devrait l’amener à Halluin (Nord) le 24 juin. Avec l’ambition de « confirmer en 1’45’’ » avant de s’attaquer aux minima pour les Mondiaux de Pékin un peu plus tard en juillet. Si « ça se passe bien à Halluin», il pourrait aussi y avoir une incursion sur 1 500 m, à Nancy le 1er juillet. Un peu hardi à ce stade de la saison, non !?

« Ces dernières semaines, on faisait plus du spé 15 » assure l’athlète coaché par Alain Lignier, dans une groupe lillois où figure également l’espoir Gaétan Manceaux, Thomas Larchaud, Renaud Rozière ou encore David Verbrugghe. « Je vois que je suis assez performant dans ce domaine. Donc pourquoi pas tenter un 15, qui peut-être un bon moyen de travailler en compétition, et de se surprendre. Mais je vais tout faire pour réaliser les minima sur 800. Il est hors de question de changer de voie comme ça».

Un axe 1 500 (il attaque les véritables « séances spé 800 cette semaine ») privilégié afin d’être en mesure d’enchaîner les tours dans les grands championnats (mais aussi pour encaisser et enchaîner les séances lactiques). Ce qui lui avait manqué l’an passé à Zurich, mais aussi aux France Elite à Reims, où il avait glané la médaille de bronze au forceps. « Même si j’avais fait 3e, je n’avais pas réussi à enchaîner séries et finale. J’aurais aimé être un peu plus sûr de mes moyens » rappelle t-il.

Pour les minima, « il va falloir batailler jusqu’au bout »

S’il n’a pas couru de l’hiver, à l’exception donc de ce 1 000 m, c’est dans la même optique : privilégier les gros entraînements permettant d’arriver plus frais physiquement en fin course l’été venu, et lorsque les tours se succèdent. « C’est sûr que j’ai progressé par rapport à l’année dernière. Mais il faut que ça se traduise dans les courses. J’étais déçu à Montreuil (2e en 1’47’’60 la semaine dernière), même si la manière était pas mal, alors que les conditions n’étaient pas propices à la performance. Mais le chrono était “pourri“ et j’ai besoin de me remettre en confiance. Pour cela, il faut à tout prix refaire 1’45’’ et battre mon record » glisse t-il (vendredi dernier) au bout du fil dans le train, quelque part entre Lille et Mulhouse.

« C’est mon premier retour en Alsace depuis un mois et demi. C’était une période un peu charnière où je devais rester sérieux. Mais je suis content et heureux, je me suis fais à ma vie lilloise, même si ce n’est pas facile avec la copine, es amis, la famille qui sont tous en Alsace » sourit-il.

 

L’objectif de Sofiane Selmouni, qui a vécu un apprentissage accéléré du haut niveau (lire ici), est de confirmer son chrono d’Oordogem, « de faire un petit 1’45’’ », puis de tenter d’aller chercher les minima pour les championnats du Monde de Pékin sur une grosse course en juillet.

« Oui, Pékin est l’objectif avoué, mais il va falloir batailler jusqu’au bout. Après, mon objectif a toujours été Rio. Pékin est une étape pour Rio et je ne me mets pas plus de pression que ça ».

Photo de une : Sofiane Selmouni aux côtés de Thomas Larchaud lors de sa victoire le 30 mai à Oordegem, à trois centièmes de son record personnel (Photo Facebook).