->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Plouay (Cadets & Juniors) – Charlier, Guyon, Renaud et Daguinos en or

Beaucoup en rêvent, peu y parviennent. La cadette Léonie Charlier, le cadet Baptiste Guyon et les juniors Emilie Renaud et Etienne Daguinos ont réussi, ce dimanche à Plouay, à concrétiser des mois d’entraînement en montant sur la plus haute marche du podium dans leur catégorie respective.

Des larmes pour certain(e)s, un large sourire pour d’autres. Les quatre nouveaux champion(ne)s de France chez les cadets et les juniors ont exprimé, chacun à leur manière au moment de franchir la ligne d’arrivée, leur joie. Mais le bonheur était le même. Un bonheur incommensurable que celui de s’offrir la plus belle des médailles le jour J.

Monter sur la plus haute marche du podium, la cadette Léonie Charlier (Charleville Mézières) n’avait pas cette ambition en venant à Plouay. « Mon objectif, c’était le top 10, glisse-t-elle. Dès le départ, je me suis sentie bien. Je n’ai pas réfléchi et je suis partie. » Bien lui en a pris puisque la demoiselle était un ton au-dessus de ses adversaires aujourd’hui. Seule l’Antiboise Alessia Zarbo a essayé un temps de la suivre. En vain. « Ça fait bizarre d’être championne de France. Je ne réalise pas encore », confiait Léonie avec la médaille autour du coup cette fois-ci. Le podium a été complété par Anaïs Delassus (Vernouillet) et Claire Palou (Romans-bourg de Péage). Le titre par équipe est revenu aux Yvelinoises de Vernouillet avec quatre demoiselles dans le top 50.

Lui avait un objectif clairement affiché au départ de la course : un podium. « Au minimum mais c’est surtout la gagne que je voulais », lâche Baptiste Guyon, le nouveau champion de France cadets, qui avait terminé l’année passée à une malheureuse quatrième place. Cette fois-ci, l’athlète de l’AC Romorantin était tout simplement le plus fort. « Je pensais qu’on allait finir au sprint mais j’ai réussi à faire un petit trou dans la petite côte à la fin. A partir de là, je me suis dit, tu n’as pas le droit de perdre la médaille, raconte le jeune homme. C’est l’aboutissement de cette saison hivernale. » L’argent est revenu à Alexis Pronost (Doubs Sud) tandis que le bronze est tombé dans l’escarcelle de Valentin Bresc (Ste-marguerite Marseille).

Chez les juniors filles, Emilie Renaud (Clermont) avait bien du mal à cacher ses émotions. Il faut dire que la spécialiste du 2 000 m steeple – elle a participé aux championnats du monde cadets l’été dernier – ne s’imaginait pas avec une médaille d’or autour du cou à Plouay. « C’est une surprise car je n’avais encore jamais réussi à faire de grosses performances en cross. Je venais pour un top 10 », explique-t-elle. Longtemps sixième de la course, la Clermontoise a réussi à recoller sur le peloton de tête avant de filer seule vers la victoire. A l’arrivée, cinq secondes la séparent de sa dauphine Mélody Julien (Association Multisport Montredonnaise). C’est Claire Carrère (Athlé Sud 77), déjà sur le podium l’an dernier en cadettes, qui a pris le bronze.

Il y avait lui et les autres ! Auteur d’une démonstration époustouflante dans la course juniors garçons, Etienne Daguinos a décroché son premier titre national sans contestation possible. Le jeune fondeur de l’US Talence s’est imposé avec un écart colossal de 51 secondes. « A un moment, en me décalant, j’ai pris cinq puis dix mètres d’avance. Je me suis rendu compte que mes adversaires ne suivaient pas. J’ai continué, tout en en gardant un peu au cas où ça reviendrait à la fin », explique celui a semblé aussi à l’aise au micro que dans la boue aujourd’hui. Les deux autres places sur le podium ont été bien plus disputées. C’est le triathlète Boris Pierre (Fréjus) qui a réussi à avoir le dernier mot pour l’argent tandis que le bronze est allé du côté du 37 avec Théo Lapouge (Joué Running).

Basile REGOLI