->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Championnats d’Europe : récit d’un incroyable imbroglio

Démoniaque soirée au stade Letzigrund de Zurich. Les Bleus étaient partis pour rafler trois médailles d’or, avec Benjamin Compaoré au triple saut, Mahiedine Mekhissi sur le 3 000 m steeple et Pascal Martinot-Lagarde sur le 110 m haies. Mais la soirée a pris un tour insensé. Récit.

Premier essai au triple saut masculin: Benjamin Compaoré assomme le concours, avec un triple bond à 17,46 mètres. Dans la foulée, l’euphorie s’empare du camp tricolore à l’issue du 3000 m steeple masculin, où Mahiedine Mekhissi semble glaner son troisième titre continental consécutif sur la distance, devant un Yoann Kowal très costaud. Semble glaner? Car le Rémois a enlevé son maillot juste avant le dernier obstacle. Le juge arbitre l’avertit d’un carton jaune. Soulagement dans le camp tricolore. Fin du premier acte. Début du second.

Finale du 110 m haies. Pascal Martinot-Lagarde, archi favori, manque complètement son rendez-vous. Excès de confiance? Il paraissait en tout cas un poil présomptueux lundi lors du point presse, de même lors de son geste en demi-finale en franchissant la ligne. Geste dont il ne se souvenait d’ailleurs pas, comme si sa mémoire avait tout effacé. Sergey Shubenkov, loin derrière au bilan européen derrière le recordman de France, est sacré champion d’Europe pour la seconde fois d’affilée, en 13’’19. La photo finish est de mise pour les places de 2 à 5.

Le tableau égrène les noms: le Britannique William Sharman prend la 2e place (13’’27). Dimitri Bascou est médaillé de bronze (13’’28). Pascal Martinot-Lagarde est quant à lui 4eà la photo finish(13’’29), au pied du podium donc.Sauf que ce dernier s’empare d’un drapeau bleu blanc rouge et entame un tour d’honneur! Qui le lui a donné? Pourquoi n’a-t-il pas regardé le tableau affichant les résultats? Il apprend quelques instants plus tard au micro de France Télévisions que c’est bien Dimitri Bascou qui est 3e. Et de fondre en pleurs. Fin du second acte.

Pendant ce temps, les rumeurs vont bon train en tribune de presse. Mahiedine Mekhissi serait disqualifié. Les coups de téléphone se multiplient, la tension est palpable sur le visage de Ghani Yalouz et des dirigeants tricolores. Ça tombe: Mahiedine Mekhissi est disqualifié en raison des règles 143.1 et 143.7 édictées par l’IAAF. L’explication: les Espagnols ont lancé un protest auprès du jury d’appel à propos du juge qui a sanctionné le Rémois d’un avertissement.Et les Ibériques ont gagné. Yoann Kowal est donc champion d’Europe. La délégation tricolore, dans le sillage de la déléguée Marie-Claire Bruck, conteste la décision du jury d’appel.

«J’ai l’impression de voir un footballeur quand il fait ça»

Parallèlement, une autre rumeur se répand: Dimitri Bascou serait disqualifié pour avoir empiéter sur un couloir. Rien d’officiel toutefois, mais le Français débarque dans la zone mixte radio drapeau autour du cou et large sourire aux lèvres.Deux minutes plus tard, zone mixte en dessous des tribunes, pour la presse écrite cette fois-ci. Philippe Dupont est dévasté, les yeux rougis. «Je lui parlé (de la disqualification). Il n’a rien dit. Ce n’est pas une question de connaître ou pas le règlement: c’est mieux de ne pas le faire. On sait que ça peut-être mal interprété à un moment. Mais c’est un geste de bonheur. Je le connais: c’est un passionné de foot. Il est dans l’euphorie comme ce que l’on peut voir dans le foot quand il y a un but. J’ai l’impression de voir un footballeur quand il fait ça».

Patrick Petit-Breuil s’est frayé un chemin: il cherche des infos, comme tout le monde, et semble un peu dépassé par tout ça. De même que Yoann Kowal, qui voit sa joie gâchée et cherche le Polonais Krystian Zalewski pour faire pression afin de requalifier le Français. Ce qui se déroule est tout juste impensable, inimaginable: toutes les infos se bousculent.