->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Marathon de Paris : Clémence Calvin, entre tristesse et tartuferie

Clémence Calvin, sous le coup d’une procédure de l’AFLD pour s’être soustraite à un contrôle antidopage, a pourtant battu le record de France ce matin au marathon de Paris. Tout à la fois stupéfiant et triste.

Là, ce n’est plus une réforme, c’est un changement de constitution ! Clémence Calvin avait ouvert une nouvelle voie à Berlin, en devenant vice-championne d’Europe de marathon…pour son premier marathon. Performance déroutante que l’on avait questionnée.

On le sait, le sport est source de scénarii rocambolesques. Mais là, même les meilleurs réalisateurs hollywoodiens, dont le cerveau est en perpétuel ébullition, auraient du mal à écrire un tel script. Mercredi 10 avril, l’Agence Française de lutte contre le dopage (AFLD) suspend provisoirement la Martégale pour s’être soustraite à un contrôle, le 27 mars à Marrakech au Maroc.

Dans l’après-midi, l’athlète donne sa version, un brin fantastique et pleine d’incohérences. Elle demande un référé au Conseil d’Etat, et l’obtient deux jours avant le marathon : elle peut courir. Au passage, on apprend qu’elle a effectué treize changements de localisation en moins de quinze jours (1).

Gêne et écœurement

Un exemple de cette versatilité ?  Elle a indiqué une adresse à Ouarzazate, à 4 heures de route de Marrakech. Quand on sait que les marathoniens ont besoin, dans leur préparation, de calme et de récupération…Son enfant en bas âge doit aimer voyager, aussi.

7 heures du matin, avenue des Champs Elysées, ce dimanche 14 avril. Les rares observateurs guettent l’arrivée du bus des Elite. Des rumeurs circulaient : une perquisition pourrait être menée afin de l’empêcher de prendre le départ. Mais Clémence Calvin est bien dans le bus.

Elle en descend pour s’échauffer. Sourire. Son compagnon Samir Dahmani, lui aussi sous le coup d’une suspension, est là aussi.

Quelques sifflets accueillent sur la ligne de départ une Clémence Calvin déterminée. Pourquoi s’élance celle qui est aussi sous le coup d’une enquête judiciaire pour « infraction à la législation sur les produits dopants » ? Pour inverser la bataille de la communication ? Pour empocher les 30 000 à 40 000 euros de prime d’engagement selon plusieurs sources –René Auguin, en charge du plateau Elite, réfutait ce montant ?

Forme stupéfiante

Ses questions sont vite balayées : son état de forme est stupéfiant. Elle confirme son retour au premier plan, déjà aperçu au semi de Paris le 10 mars (2), et qui mettait en exergue une différence de performance notoire avec ses résultats de l’automne dernier (Marseille-Cassis, corrida de Houilles, cross Ouest-France où elle a très vite bâché).

Les kilomètres défilent et elle ne craque pas, bien au contraire. A l’arrivée, la gêne le dispute à l’écœurement. 2h23’41’’, nouveau record de France. Pas de fatigue apparente. Elle fait l’accolade à Benoît Zwierzchiewski, recordman de France masculin, avant de tomber, un peu plus loin, dans les bras de son agent Benjamin Soreau. « Etre au départ dans le contexte actuel et battre le record de France, c’est impressionnant. On ne va pas penser à une éventuelle suspension, sinon on peut remettre en cause toutes les performances » dit ce dernier, hésitant.

« Ce qui coule dans mes veines, c’est de la lave auvergnate en fusion »

Clémence Calvin arrive en zone mixte. Les journalistes, abasourdis, n’osent pas lui poser de question. Un audacieux se lance, au risque de la laisser filer sans réaction. « J’ai le courage de ceux qui tiennent debout et qui sont plantés comme la Tour Eiffel. Je n’ai peur de rien ni de personne ».

Le public ? « Formidable. Si les minorités dissidentes font le plus de bruit, elles restent minoritaires, comme dans les partis politiques ». Comme les hommes politiques, Calvin distille ses éléments de langages, aux télés puis à la presse écrite. Son propos, d’habitude modérés, frisent l’arrogance. « Mon cœur est rempli de l’amour de Paris. Ce qui coule dans mes veines, c’est de la lave auvergnate en fusion. Merci Paris, merci la Fédération et toutes les personnes qui me soutiennent ».

A Berlin, elle était restée presque une demi-heure en zone mixte, répondant à pléthore de questions. Là, à peine cinq minutes. « La championne est là » dit-elle les doigts pointés sur elle-même avant de s’éclipser.

La Fédération silencieuse

Si la FFA l’a soutenue, cela ne semble plus être le cas. Le manager du hors stade Jean-François Pontier est décontenancé. Mais, micro ouvert, il ne dit rien et ne brave pas l’interdit de la FFA : il ne doit pas parler. Mehdi Baala, directeur de la performance auprès de la FFA, et très proche du clan Calvin à Berlin ? Absent. De même que le président André Giraud.

Beaucoup d’observateurs sont incrédules, mais pas grand monde ne se mouille. Stéphane Diagana, recordman d’Europe du 400 m haies et consultant France TV : « Un marathon est une épreuve longue, qui demande énormément. Dans le contexte actuel, elle aurait pu être perturbée et avoir ce petit manque d’énergie qui peut faire la différence. Je suis surpris par sa capacité à être là. Si elle est réellement innocente, c’est dommage pour elle. Si elle est coupable, c’est dommage pour nous ».

Philippe Dupont, ex manager du demi-fond français, ex entraîneur notamment de Saïdi Sief, de Mahiedine Mekhissi, et coach aujourd’hui de Morhad Amdouni à l’INSEP : « Je suis impressionné par le caractère qu’elle a montré pour faire cette performance. Après, je ne peux rien dire d’autre ».

Christelle Daunay, qui vient de perdre son record de France, dit préférer, dans un rire jaune nerveux, « ne pas réagir à chaud ».

Elle l’a perdu, mais selon la suite des évènements, elle pourrait rapidement le reprendre. A moins que la réforme de la Constitution ne se transforme en putsch ?

(1) Les athlètes de haut niveau doivent renseigner dans un logiciel une adresse et une plage horaire d’une heure, chaque jour, où ils peuvent être contrôlés.

(2) Elle avait au passage battu le record de France du 5 km. Mais aucun contrôle antidopage n’était prévu à l’arrivée. Clémence Calvin n’avait pas sollicité, dans les jours suivants, de contrôle, et le record n’avait de fait pas été homologué. Un choix qui avait alerté moult acteurs de l’antidopage. En revanche, Clémence Calvin a été contrôlé après le marathon.