->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Marathon de Bordeaux : « Le petit régime n’est pas encore d’actualité! »

A l’occasion de la troisième édition du marathon de Bordeaux le 15 avril prochain, nous vous proposons de suivre un coureur « lambda » au fil de sa préparation. Deuxième épisode (le premier est ici) avec l’atypique Thibault Lebert…qui se prépare…à Cuba.

Après plus de 16, voire 18 semaines sans courir en raison de ses multiples activités (le metteur en scène a lancé une application, Cal&Gift, l’année dernière, et vient d’ouvrir des chambres d’hôtes dans la cité girondine), Thibault Lebert a atterri il y a trois semaines à Cuba, où il accompagne sa femme qui s’y rend pour le boulot. « Le 11 février, j’ai fait 9,5 km en 1h03’ le long du Malecon, l’un des fronts de mer les plus mythiques qui soit, mais qui doit être le plus pollué après Shanghai ! » se marre t-il.

Rebelote le lendemain, avec 12,5 km en 1h14’. Deux jours plus tard, « en mode trail », Thibault Lebert parcourt « 8,5 km en 55’ dans la vallée de Viñales, un endroit sublime classé au patrimoine mondial de l’Unesco », souligne le Bordelais de 38 ans, et enchaîne par une sortie de 9 km au même endroit le 16 février.

De retour à la Havane, il réalise 20 kilomètres en deux fois (9 km en 51’ puis 11,7 km en 1h05’). « J’ai en outre fait deux magnifiques randonnées avec ma femme, à Viñales : 12 km en 2h10 et 13km en 1h55! »

« Mon pouls qui était de 56 est redescendu à une moyenne de 46/48 »

Thibault Lebert s’interrogeait quant à sa participation au marathon ou au semi le 15 avril prochain. « Il est quand même compliqué de s’entraîner car les produits alcoolisés dérivés de la canne à sucre ne sont pas très compatibles avec le sportif de haut niveau que je suis… moi qui pensais faire un petit régime, et bien ce n’est pas encore d’actualité! » sourit-il.

« La dernière course était prometteuse car je fais mes deux derniers km en moins de 5’05’’ chacun. Mon pouls qui était de 56 est redescendu à une moyenne de 46/48. A l’époque de mes marathons j’étais à 42 en moyenne » se réjouit celui qui profite à plein de son séjour.

« Ce pays est toujours aussi fabuleux, complexe et fascinant! Le tourisme de masse a fait exploser les prix à La Havane, et les paquebots de croisière et les yachts cassent un peu le charme! Nous avons hâte de traverser l’île et d’arriver à Santiago pour retrouver l’authenticité de l’île » conclut Thibault, en glissant, avant de partir pour trois jours de bord de mer : « Aujourd’hui, les objectifs ont été revus à la baisse : descendre en dessous des 100 kg et faire le semi ! (à un peu plus de 105 avant de partir pour Cuba, il visait 98, voire 96) »

A suivre…