->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Les championnats du Monde indoor en vidéo

Les championnats du Monde indoor se sont déroulés le week-end dernier (18-20 mars) à Portland aux Etats-Unis. Retour en vidéos. 

Ces Mondiaux indoor se sont ouverts dans la nuit de jeudi à vendredi avec les deux concours de perche. Renaud Lavillenie y a glané son deuxième titre mondial indoor (après 2012), établissant au passage un nouveau record des championnats (6,02 m) – c’est la 19e fois de sa carrière qu’il franchissait les 6 mètres. Le gargantua de l’athlé français a toujours faim.

La perche, l’une des ses seules épreuves où quasiment tous les prétendants au titre olympique à Rio en août prochain étaient présents, à la différence des autres épreuves, très hétéroclites.

Aux Europe indoor il y a un an, les Bleus avaient signé un triplé sur le 60 m haies. A Portland, les deux Français en lice, Pascal Martinot-Lagarde et Dimitri Bascou faisaient figure de favoris avec le Jamaïcain McLeod. C’est ce dernier qui a empoché l’or, égalant la meilleure performance mondiale de l’année de Bascou (7’41’’) devant Martinot-Lagarde, qui obtient sa troisième médaille aux Mondiaux indoor (argent en 2014, bronze en 2012), alors que Bascou a pris le bronze.

Avec le bronze de Benjamin Compaoré au triple saut (17,09 m), l’équipe de France a au total récolté quatre médailles.

Inconnu au bataillon jusqu’à l’an dernier (où il avait abaissé au cours de la saison son meilleur chrono de 1’48’’89 à…1’43’’84 puis 1’43’’34!), l’Américain Boris Berian s’est adjugé le titre sur 800 m, menant de bout en bout la course, dans le sillage d’un premier tour canon (23’’92 puis 49’’73 à mi-parcours) pour finalement l’emporter en 1’45’’83 (record personnel).

Sifan Hassan avait estomaqué la planète athlé aux Mondiaux de Pékin sur 1 500 m l’an passé, en réalisant un dernier 800 mètres de folie (1’57’’6) où elle avait glané le bronze – Genzebe Dibaba l’avait alors surpassée en termes de sidération.

A Portland, alors que Dibaba ne s’est alignée sur le 3 000 mètres, Hassan l’a emporté en 4’04’’96.

Genzebe Dibaba, justement. Sans aucune surprise, elle a pris le titre sur le 3 000 mètres, avec une sacrée marge (8’47’’43 contre 8’54’’26 pour sa coéquipière éthiopienne Meseret Defar). « C’était facile pour moi car le plateau n’était pas si fort » a souligné celle qui avait battu de manière stupéfiante le déjà stupéfiant record du Monde du 1 500 mètres l’été dernier…

Le 1 500 m masculin a vu la victoire de l’Américain Mattew Centrowitz, devant le champion d’Europe indoor Jakub Holusa et le Néo-Zélandais Nick Willis.

Sur le 3 000 m, c’est l’Ethiopien Ymoif Kejelcha, qui avait tenu tête l’an passé à Mo Farah aux Mondiaux de Pékin, qui l’a emporté dans la foulée d’un dernier 1 000 mètres en 2’22’’.

Grand favori sur le 60 m après avoir claqué 6’’44 en demi-finale (aucun sprinteur n’était allé plus vite depuis 2009), Asafa Powell a trébuché en finale, battu par le médaillé de bronze mondial de Pékin, le jeune Américain Trayvon Bromell (6’’47 contre 6’’50).

Sinon ? Sinon les athlètes russes ne pourront pas être déclassés -il n’y en avait pas, comme aux Europe de cross en décembre dernier, le pays étant toujours suspendu. Ce qui n’empêchera peut-être pas certains podiums de ces championnats du Monde indoor d’être réécrits dans quelques temps, le contexte actuel de l’athlétisme mondial étant vicié par les scandales de corruption et de dopage en tous genres.

Photo de une : © Getty Images for IAAF.