->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Keitany récidive, Daunay 5e en 2h26’57’’ à New York

Au terme d’une course échevelée, Mary Keitany a realisé le doublé après son succès en 2014. Christelle Daunay a pris la cinquième place, en 2h26’57’’. Une excellente performance pour la championne d’Europe de la discipline, qui renouait avec le marathon après sa fissure du tendon d’Achille en janvier dernier, qui avait stoppé sa dynamique.

C’est quand même autre chose un marathon sans lièvres ! A l’issue d’une très belle course, Mary Keitany, deuxième femme la plus rapide de tous les temps sur la distance, s’est adjugée un second succès consécutif à Big Apple ce dimanche 1er novembre.

C’est la Portugaise Sara Moreira qui a longtemps mené les débats, durant la première partie de course notamment, avec une dizaine de marathoniennes aux avant-postes. Dont Christelle Daunay, bien calée dans le groupe de tête.

34’29’’ aux 10 bornes, 1h12’57’’ à mi-parcours, soit des bases de 2h26’ à la fin, tempo parfait, quoique peut-être un peu rapide pour la championne d’Europe, qui disputait son premier 42,195 km depuis son titre à Zurich (forfait à Londres en avril dernier en raison d’une fissure au tendon d’Achille).

Christelle Daunay dans le peloton au marathon de New York en 2013 (Photo organisation)

Christelle Daunay dans le peloton au marathon de New York en 2013 (Photo organisation)

Au 25e km, Christelle Daunay lâchait quelques mètres. Mais parvint ensuite à recoller, avant que la course ne s’emballe. Aselefech Mergia, Tigist Tufa, Priscah Jeptoo et Mary Keitany s’échappèrent au niveau du 30e km. Puis cette dernière accélérait franchement l’allure, faisant exploser la course, là où le marathon débute véritablement et là où le parcours se cabre considérablement.

En 9e position au moment où elle fut en difficulté pour la première fois, au 25e km, Christelle Daunay a fait parler sa science de la course. Sixième au 32e km, elle tenta de limiter au maximum les écarts, de maintenir le plus longtemps possible son allure pour aller chercher le chrono durant les derniers kilomètres. Devant, Keitany ne cessa d’augmenter l’écart avec ses poursuivantes, pour finalement l’emporter en 2h24’25’’, quarante secondes de mieux que son chrono de l’an passé (2h25’07’’).

Christelle Daunay, la science du marathon

Les Ethiopiennes Tufa et Mergia ont complété le podium (2h25’32’’ et 2h25’50’’), alors que la Portugaise Sara Moreira, 4e en 2h25’53’’, a confirmé ses excellentes dispositions sur marathon après sa 3e place l’année dernière.

Christelle Daunay, pour sa quatrième participation à New York, a récolté…un quatrième top 5 alors que le plateau était cette année l’un des plus relevés de l’histoire à New York, rattrapant dans les ultimes mètres Priscah Jeptoo, qui la précédait pourtant de…52 secondes à 2,195 km de l’arrivée !

La Française est descendue sous les 2h27’ (2h26’57’’), six secondes devant Jeptoo, qui a donc complètement explosé sur la fin, à l’instar de l’Américaine Laura Thweatt, de la Lettonne Jelena Prokopcuka et de la Kényane Caroline Rotich, qui ont bien ralenti sur les dix derniers kilomètres.

La performance de Christelle Daunay met en exergue sa science du marathon. Car l’athlète coachée par Cédric Thomas ne s’est pas affolée au 25e km, ni cinq kilomètres plus loin, restant sur son tempo quand la course s’est emballée au lieu d’accélérer et de craquer par la suite. Ces temps de passage soulignent son insigne régularité : elle ne passa au delà des 18′ sur une portion de cinq kilomètres qu’entre les 35e et 40e, là où le parcours est le plus délicat (voir les temps de passage ci-dessous).

Ce résultat met aussi en relief sa forme actuelle. « Je n’étais pas aussi bien qu’avant Zurich (2h25’14’’) » relevait-elle avant la course, dans la mesure où sa blessure avait cassé la continuité de sa progression quelques mois après son titre, comme elle l’expliquait.

Mais elle n’est visiblement pas loin de ce niveau de performance : Christelle Daunay a en effet réalisé, et de loin, son meilleur chrono à New York (2h29’16’’ en 2009, 2h29’29’’ en 2010, 2h28’14’’ en 2013 où les conditions de course n’étaient il est vrai pas forcément similaires).

Et, surtout, elle a (normalement) glané son billet pour les Jeux Olympiques de Rio (les minima ne sont pas officiellement sortis…). Ce qui lui laisse toute latitude pour se préparer pour ce grand rendez-vous, qui à 41 ans, pourrait bien être son dernier défi. Et où il y aura quelque chose de (très) intéressant à faire…

Biwott, vainqueur du marathon de Paris 2012, l’emporte chez les hommes

Chez les hommes, la course fut éminemment tactique, car là aussi disputée sans lièvre. C’est ainsi que l’on vit l’Algérien licencié à l’Athle 66 Habib Mosbah passer en tête au 10e kilomètre, en 31’30’’ (il termina finalement en 2h35’19’’) !

Passage à la mi-parcours en 1h06’50’’, puis la course s’est dynamitée sur le second semi. Au final, c’est le vainqueur du marathon de Paris 2012 Stanley Biwott qui l’a emporté en 2h10’34’’, après donc un gros negativ split (1h03’44’’), devant son compatriote kényan Geoffrey Kamworor, champion du Monde de cross et de semi-marathon en titre, (2h10’48’’) et l’Ethiopien Lelisa Desisa (2h12’10’’).

Le tenant du titre Wilson Kipsang -qui avait abandonné aux Mondiaux de Pékin il y a dix semaines– a pris la 4e place en 2h12’45’’, et fut moins incisif que lors de son record du Monde à Berlin il y a deux ans (battu depuis par Dennis Kimetto)…

Les temps de passage de Christelle Daunay :

5 km : 17’22’’

10 km : 34’29’’ (17’07’’)

15 km 51’56’’ (17’27’’)

20 km :  1h09’06’’ (17’10’)

Semi-marathon : 1h12’57’’

25 km : 1h26’43’’ (17’37’’)

30 km : 1h43’33’’ (16’50’’)

35 km : 2h01’10’’ (17’37’’)

40 km : 2h19’12’’ (18’02’’)

Tous les résultats du marathon de New York : cliquez-ici.