->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Julien Moreau, une histoire en plusieurs temps

Maine-et-Loire, Mayenne, Vendée, Loire-Atlantique et Sarthe, Julien Moreau n’est pas devenu que le champion de ces départements dimanche 22 janvier lors des régionaux de cross à Challans (Vendée). Ils ont façonné l’homme, l’athlète qu’il est devenu.

Un être est un tout. Julien est un homme, Moreau un athlète. 39 ans le mois prochain, et 33 ans de course à pied. Et 33 ans à attendre un sacre fédéral lors d’un championnat régional de cross-country. Depuis dimanche dernier, à Challans, c’est fait. Le leader de l’Entente Sarthe Athlétisme est champion régional. Une libération plus qu’une consécration pour un coureur tout terrain. Cross, route, piste, montagne et trail-running, « L’élégant », comme le présente Anthony Baumal, est humainement et sportivement le champion de cinq départements.

Maine-et-Loire

Julien est né le 20 février 1978 à Angers. Football (arrière droit) et Aïkido, sa première course fut un cross. « J’avais 6 ans et c’était le Courrier de l’Ouest. J’avais un short de foot, un tee-shirt rayé, mais des vraies pointes ! C’était des Adidas jaune fluo. Je courrais avec mon père, Jacky. Je ne savais pas ce qu’était le cross. À l’époque, Philippe Charlot m’avait donné quelques conseils : l’échauffement, comment courir… »

« La première fois, il était tombé, poursuit son père, une encyclopédie sportive lorsqu’il s’agit de son fils. Il y avait 600 gamins au départ, il s’était classé 53e. » « C’est ce jour-là, à Angers, que ma passion pour le cross est née », précise Julien.

Mayenne

C’est du côté de Daon, qu’Émile et Marcelle Moreau ont donné naissance à Jacky, le père de Julien. S’il y a eu quelques footings dans la campagne mayennaise, c’est dans la boue de la Rincerie que Julien a disputé le cross le plus difficile de sa carrière. « C’était en 2001… C’était terrible. Par endroits, on ne pouvait que marcher avec de la boue jusqu’aux genoux… Je me souviens que j’avais 45’ pour faire 9 km. »

Vendée

Julien est arrivé à Montaigu à 10 ans. Libéro dans l’équipe de foot, c’est à l’ACBV Les Herbiers, qu’il a pris sa première licence FFA, « La section de Montaigu était structurée et l’éducation pluridisciplinaire. Avec Bruno, je lançais le poids, je franchissais des haies… Avec Michel (Milcent), c’était le demi-fond. Le stade Maxime Bossis et le Parc des Rochettes étaient mes lieux d’entraînements. Michel m’a ensuite conseillé de rejoindre l’AC La Roche. C’est grâce à ce choix que j’ai continué à courir. À La Roche, j’ai compris qu’elle était l’importance du collectif. Je n’étais que le quatrième de l’équipe, mais les autres comptaient sur moi… » Entraîné par Dominique Guillet, puis Patrice Ducret, « c’est grâce à eux que j’ai pris conscience de mon potentiel », cette période fut ponctuée par deux sélections internationales (cross et 10000 m).

Sarthe

En 2008, Julien obtient une troisième sélection sur semi-marathon et signe à l’Endurance 72. « C’était pour moi, l’occasion de mettre mon potentiel en avant et d’être au service d’un collectif de haut niveau. Courir avec et pour les autres, ce fut un leitmotiv. J’ai d’ailleurs regretté de ne pas être venu deux ans plus tôt… » Entraîné par Patrice Perrais jusqu’en 2011, il manque de peu deux nouvelles sélections internationales (semi en 2010 et montagne en 2012). À partir de 2011, Nicolas Monnier a pris le relais…

Loire-Atlantique

Depuis 2008, c’est le lieu de vie et de travail de Julien (dessinateur en bureau d’études au Conseil départemental). « Nantes est un poumon vert et le Petit Port, les Bords de l’Erdre, la Vallée de Chézine et le Stade de Procès sont mes lieux d’entraînements. Et j’adore les cross de La Chapelle, de la Chantrerie et de Couëron. C’est la base de ma saison hivernale… »

Les résultats des régionaux de cross en Pays-de-la-Loire : cliquez-ici.

Tous les résultats des régionaux de cross (ou des 1/4 de finale des championnats de France selon la dénomination parfois consacrée…) : cliquez-ici.

Texte et photo : Bruno Poirier.