->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Jeux de la Francophonie : Yannick Dupouy, un aboutissement et un tremplin pour l’avenir

A l’occasion des Jeux de la Francophonie (l’athlétisme se déroule du mardi 10 au samedi 14 septembre), de nombreux demi-fondeurs fêteront leur première sélection internationale senior. Après Sandra Beuvière sur 1 500 mètres, Yannick Dupouy, sur 10 000 mètres.

Fort de sa place de troisième Français au marathon de Paris en avril dernier avec un chrono en deçà des minima B IAAF (2h16’10), Yannick Dupouy disputera à tout juste 30 ans sa première compétition avec le maillot bleu-blanc-rouge mardi…sur 10000 m, à l’instar de Cédric Pélissier, le nombre d’engagés étant trop faible sur les 42,195 km. Si sa préparation a été optimale, le Talençais souffre du syndrome de Haglund, qui crée «de fortes contraintes» au niveau de son tendon d’Achille. Il raconte ces douleurs, le cap mental qu’il a franchit et ses futures ambitions, dépendantes d’un tendon qu’il « soigne» par des étirements, du glaçage et de l’électro stimulateur parfois jusqu’à trois fois par jour.

De Paris à Nice :

«La récupération du marathon (7 avril) s’est bien passée. J’ai repris au bout d’une semaine. Avec des douleurs au tendon –qui étaient déjà apparues en fin de préparation, douleurs qui partaient assez rapidement au bout d’un quart d’heure d’échauffement. Mais là, les douleurs ne partaient plus. J’ai alterné des périodes de coupure et des périodes d’entraînement. Le deuxième cycle de trois semaines de repos a été terminé par une infiltration, et j’ai repris dans de bonnes conditions début juillet. La douleur est cependant revenue au bout de deux mois (fin août).

C’est un problème qui est latent, et il va falloir prendre une décision. Il faut opérer si la douleur est trop importante. Il faut encore une rigueur plus importante sur le maintien du protocole de soin (exercices d’assouplissement du pied etc…) même si je suis très rigoureux. Mais il y a tellement de choses à prendre en compte : la condition physique, les étirements…»

Cette sélection: aboutissement ou étape ?

«Ce sont les deux. C’est une étape qui valide la saison et la performance de Paris. C’est une récompense de la saison et j’espère aussi le point de départ d’une progression à la fois sur marathon et sur les distances intermédiaires. Le tendon, c’est la grosse incertitude du moment parce qu’il y a pas mal d’inconnues pour la suite. Les douleurs ne vont-elles pas m’obliger à couper ma préparation alors que l’objectif reste les France de marathon (27 octobre à Toulouse, le champion de France est qualifié pour la coupe d’Europe de marathon, disputé à Zurich en août 2014 en même temps que les championnats d’Europe) ? On m’a certifié que le tendon ne lâcherait pas par rapport à ce que j’ai. Mais il y a un risque par rapport à l’impossibilité de s’entraîner.»

«Je ne me fixe plus de limites et je ne me dis pas que je ne suis pas à ma place »

 

Le changement de distance aux Jeux de la Francophonie, appris deux semaines avant le 10000 m :

«Ce n’est pas trop déstabilisant dans le sens où la prépa marathon s’était bien passée. C’est toujours surprenant d’apprendre deux semaines avant une compétition qu’on ne va finalement pas la faire, et que l’on va basculer sur une autre distance. J’étais relativement surpris d’avoir du rythme sur les deux séances spécifiques 10000 faîtes après cette annonce. Comme quoi sur une préparation foncière, quand on diminue le kilométrage, ça donne de bons résultats sur des intensités sur des distances plus courtes. Quelque soient les distances, avoir une base foncière très large, c’est un socle qui permet de mettre de la vitesse et de vraiment se focaliser sur le rythme. Il n’y a plus de problèmes de maintien de l’intensité.»

L’appréhension de la course :

«Sur le plan de la préparation, j’aborde la course avec pas mal de confiance. J’ai repris début juillet avec une préparation qui allait crescendo avec un niveau qui n’a fait que progresser. Ces dix derniers jours, les douleurs au tendon sont revenues. Ça m’a pas mal perturbé, dans le sens où je serais vraiment frustré de pas être au niveau que je devrais être. Il y a cette crainte de ne pas être au niveau escompté sachant que j’ai fait tout ce travail, qui était vraiment très intéressant.

Le travail de préparation mentale m’a vraiment fait progresser. Depuis les cross et la période février-mars dernier, je ne cogite plus par rapport à un évènement particulier, même si c’est ma première sélection et c’est un début d’aboutissement par rapport à cet objectif qui était un jour d’être international. Même si je n’oublie pas que ça ne reste qu’une sélection intermédiaire. En termes d’approche, je me sens serein et en confiance car je me base sur des critères objectifs qui sont l’entraînement et le bon déroulement de la préparation.»

Un cap franchi au niveau mental :

«Je ne me fixe plus de limites et je ne me dis pas que je ne suis pas à ma place. Avant, je me remettais en cause constamment sur des critères qui étaient totalement subjectifs et sur des croyances. J’avais par exemple cette croyance de ne pas être un coureur de cross car je n’avais jamais réussi. Mais ce n’est pas parce qu’on n’a jamais réussi qu’on ne réussira jamais (25e et 19e Français à Lignières-en-Berry, de loin son meilleur résultat aux France de cross). C’est simplement qu’il faut trouver les moyens et les choses qui te font progresser.»

«Le potentiel, c’est avoir le corps qui supporte les charges de travail et il me donne des signaux de faiblesse»

 

Les futurs objectifs :

« Je me dis depuis le marathon de Paris que je suis capable assez rapidement –et la préparation pour les Jeux de la francophonie me l’a confirmé- de faire 2h13. Ça n’ouvre pas encore les portes des JO, ça ouvre la porte de l’espoir si les modalités évoluent, et la porte d’une régularité au plus haut niveau. C’est une envie, avec la conviction que je peux encore progresser, mais c’est quand même très très dépendant du physique et cette capacité à assimiler, à supporter les contraintes de l’entraînement qui est très difficile, à la fois en quantité et en qualité.

J’ai le potentiel pour progresser encore, mais est-ce que c’est réellement un potentiel dans la mesure où mon corps me donne déjà des alertes ? Le potentiel, c’est avoir le corps qui supporte les charges de travail et il me donne des signaux de faiblesse. Ça sera une gestion de ces problèmes là qui me permettront de dire si j’en suis capable ou pas. Si jamais mon tendon ne me permet pas de progresser, c’est que j’aurais atteint mes limites physiques. On va essayer de se battre et de trouver des solutions médicales.

Pour progresser, j’ai besoin de beaucoup m’entraîner et l’entraînement génère des contraintes qui sont importantes sur le corps. Physiologiquement, quand on fait des bilans sanguins, on s’aperçoit qu’il y a des petits dysfonctionnements, des petites anomalies car on “sur-sollicite“ le corps. C’est un enjeu de la progression.»