->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

France de cross : un remake Chahdi-Amdouni ?

Présentation des championnats de France de cross, où un alléchant duel entre Morhad Amdouni et Hassan Chahdi se profile ce dimanche 6 mars au Mans. Comme en 2011 lorsque le premier s’était imposé à l’issue d’un sprint mémorable. 

Les moteurs ronflent. On les entend à des kilomètres. Bien dommage qu’il n’y ait pas une mise en bouche avec les qualifications la veille de course. C’est que dimanche, si le circuit des 24 heures du Mans sera bel et bien à quelques foulées, tous les regards seront tournés vers l’hippodrome des Hunaudières.

Et ça devrait rugir sur les coups de 16 heures. Entre un Morhad Amdouni qui n’a plus remis les pieds sur un France de cross depuis son titre en 2011, en raison des blessures. Et le tenant du titre Hassan Chahdi, auteur d’une démonstration l’an passé, qui fut très en retrait lors de sa dernière apparition dans les labours lors du cross de sélection fin novembre – il était revenu du Kenya l’avant-veille. Finalement forfait pour les Europe de cross (en raison « virus hépatique » avait-il expliqué), il a réalisé 29’00’’ lors de la Prom’Classic début janvier et vient de prendre la 6e place (4e Français) des France sur 3 000 m à Aubière dimanche dernier.

La course et le titre d’Hassan Chahdi aux France de cross 2015 aux Mureaux. 

De son côté, Morhad Amdouni tient la grande forme. « Les sensations de cross reviennent. Je me sens plus léger par rapport au mois de décembre. C’est sûr et certain, il y a une grosse différence (par rapport à l’automne) » soulignait-il après sa démonstration aux inters LIFA. Et quand on sait sa propension à se faire (très) mal, comme il l’a démontré aux Europe de cross à Hyères où il s’était mis « minable » en dépit d’un moteur en surchauffe prononcé pour conserver sa 9e place, on se demande bien qui pourrait l’empêcher de glaner un second titre. Même un Hassan Chahdi en pleine forme ?

Toujours est-il que ces deux là ne se sont pas retrouvés ensemble au départ des France de cross depuis leur sprint mémorable de 2011, remporté par Morhad Amdouni, et qui consacrait alors la prise de pouvoir de la nouvelle génération dans les labours.

Le sprint entre Morhad Amdouni et Hassan Chahdi en 2011 à Paray-le-Monial.

Chaque année, les France de cross charrient leur lot d’absents, pour causes diverses. Des candidats manqueront donc à l’appel, en raison notamment de l’organisation concomitante (cette année) du semi-marathon de Paris (sacrée et franche aberration au demeurant !!), comme le champion de France 2012 Benjamin Malaty, Timothée Bommier, mais aussi Badredine Zioini ou Paul LalireFlorian Carvalho, Yohan Durand et Simon Denissel figurent également parmi les forfaits notables.

Romain Collenot-Spriet, excellent 18e des Europe de cross, jouera le podium, voire plus si affinités selon les circonstances de course (tel un départ ultra rapide des deux favoris, suivi d’une éventuelle casse moteur), de même que le champion de France 2014 El Hassane Ben Lkhainouch. A suivre aussi Freddy Guimard (8e en 2015), Romain Courcières (4e en 2014 et qui retrouve son niveau), Denis Mayaud, Mickaël Gras (mais aura-t-il digéré son retour du Kenya, où il vient de passer avec son frère Damien sept semaines !?) ou encore Youssef Mekdafou et Khalid Zoubaa.

Deux (très) belles mécaniques seront à surveiller de près, avec l’international de triathlon –qui pourrait se diriger pleinement vers l’athlé en fonction de ses résultats à Rio cet été (lire ici) Vincent Luis (il nous a confirmés ce jeudi prendre le départ « pour le moment »), et l’espoir Franco-Suisse Julien Wanders qui fera sa première apparition chez les seniors et qui reste sur une sortie de route aux Europe de cross juniors (il n’a pas couru depuis, excepté un cross très relevé au Kenya, où il s’entraîne régulièrement).

Michaël Gras, Romain Courcières et James Theuri au Cross Ouest-france

Michaël Gras, Romain Courcières et James Theuri au Cross Ouest-france

Les espoirs devraient justement jouer placés, que ce soient Emmanuel Roudolff-Lévisse (13e l’an passé et champion de France espoir en titre), Félix Bour ou Maxime Hueber-Moosbrugger.

Si les règlements ont été modifiés et l’apport d’étrangers s’avère désormais moins intéressant pour certaines équipes (1), à noter que certains d’entre eux pourraient influer sur la physionomie de la course, tels que le Marocain Othmane El Goumri ou le Kényan Stefan Ogari.

Sophie Duarte face à Clémence Calvin ?

Chez les femmes, Sophie Duarte remet son titre en jeu. La championne d’Europe de cross 2013 n’a pas remis de dossard depuis sa très difficile course à Hyères il y a près de trois mois (49e). Dans quel état de forme sera-t-elle ? Si elle a décidé de prendre le départ, c’est qu’elle estime être en mesure de jouer la victoire.

Le cross long femmes l’an dernier.

Ce France s’annonce là aussi palpitant avec Clémence Calvin, 7e des championnats d’Europe à Hyères (qui n’a pas couru depuis son succès aux régionaux fin janvier), Aurore Guérin, vice-championne de France l’an passé, et bien évidemment l’espoir Jacqueline Gandar  impressionnante lors de ses inters où elle avait justement dominé Aurore Guérin (qui avait cependant disputé la veille un 3 000 m).

Duarte 2

La Havraise sera la grande favorite chez les espoirs, mais sa progression patente fait d’elle l’une des prétendantes au podium, alors que Samira Mezeghrane-Saad, qui revient en très bonne forme à 36 ans (33’17’’ sur 10 km à Montereau fin octobre) pourrait créer la surprise.

Samira Mezeghrane-Saad au cross Ouest-France

A ne pas oublier également Karine Pasquier (médaillée de bronze en 2015), Floriane Chevalier-Garenne, Cécile Jarousseau, Laurane Picoche (4e en 2015 en dépit d’une très petite forme), Séverine Hamel et l’inusable Christine Bardelle (5e en 2015), même si certaines d’entre elles ont montré des états de forme disparates aux interrégionaux.

Attention enfin à Bouchra Ben Thami, de retour aux affaires en cross après sa suspension de quatre ans à l’EPO (2008-2012).

Deux crosswomen au notoire pedigree resteront aux stands : Christelle Daunay, en lice au semi de Paris, et Liv Westphal, qui disputera les championnats NCAA aux Etats-Unis sur 5 000 m. Elles avaient terminé respectivement 18e et 20e aux Europe de cross.

Karine Pasquier (3e), Laurane Picoche (4e) et Aurore Guérin (2e) l'an dernier

Karine Pasquier (3e), Laurane Picoche (4e) et Aurore Guérin (2e) l’an dernier

Cross courts :doublés pour Emma Oudiou, et Alexandre Saddedine ou Guillaume Adam?

Sur le cross court, Claire Perraux défendra son titre. Mais la sociétaire du Sco Ste Marguerite Marseille est loin d’avoir fait le plein de confiance à Aubière dimanche dernier, abandonnant à l’orée du dernier 500 lorsqu’Emma Oudiou avait prit les choses en main. Celle-ci pourrait d’ailleurs bien réaliser la passe de deux après son titre à Aubière sur 3 000 m.

A moins que ça ne soit sa coéquipière Johanna Geyer-Carles, de retour à son meilleur niveau. Alice Rocquain (2e l’an dernier, devancée aux inters par Geyer-Carles et Oudiou) et Elodie Normand (5e en 2015 et qui vient de remporter les France indoor sur 1 500 m) auront aussi leur mot à dire.

Emma Oudiou, 8e des Europe de cross espoirs en décembre (Photo Jean-Luc Juvin)

Emma Oudiou, 8e des Europe de cross espoirs en décembre (Photo Jean-Luc Juvin)

Aucun véritable favori ne se dégage du cross court masculin, qui mettra en scène plusieurs athlètes ayant disputé la saison indoor, à l’instar des champions de France des 1 500 m Alexandre Saddedine (3e l’an passé) et du 3 000 m Guillaume Adam, de même que Djilali Bedrani (5e des Europe de cross espoirs). Parmi les prétendants figurent également Mehdi Akaouch, Bryan Cantero, James Theuri ou encore David Vuste (3e en 2014).

Chez les juniors filles, Cassandre Beaugrand sera en lice pour engranger un quatrième titre consécutif en cross (deux fois chez les cadettes, lauréate chez les juniors l’an passé). Sa marge semble moins importante que l’an passé, mais Cécile Lejeune qui l’avait devancée d’une place aux Europe de cross (13e contre 14e) ne sera pas au départ.

Ses principales concurrentes devraient être Alexa Lemitre et Elise Decorte, ainsi que la championne de France cadette 2015 Julie Lejarraga et sa dauphine Leila Hadji, auteure d’un beau sélectif à Hyères mi-décembre.

Très grosse densité chez les juniors masculins

Du côté des juniors hommes, les pointes vont crisser sévère au premier virage. La génération est en effet pétrie de talent, comme l’ont prouvé les championnats d’Europe de cross, avec six bleus dans les 21 premiers !

Et parmi eux le vice-champion d’Europe Fabien PalcauLe Dijonnais sera le favori dimanche, mais il devra se montrer intraitable pour devancer une meute de prétendants, qui klaxonnent fort derrière lui.

La course juniors des Europe de cross en décembre dernier. 

Sans ordre particulier : Jimmy Gressier, 4e surprise des Europe de cross, Abderrazak Charik (qui a devancé Gressier aux inters), Baptiste Mischler, Anthony Pontier, Hugo Hay, Mohammed-amine El Bouajaji (8e des Europe) sans oublier les deux juniors première année Louis Gilavert et Yani Khelaf. Le premier l’avait emporté l’an passé chez les cadets au terme d’une somptueuse dernière ligne droite.

L'an passé, Louis Gilavert l'avait emporté d'un rien devant son camarade d'entraînement Tani Khelaf. Tous deux sont passés dans les rangs juniors

L’an passé, Louis Gilavert l’avait emporté d’un rien devant son camarade d’entraînement Yani Khelaf. Tous deux sont passés dans les rangs juniors

Chez les cadets, difficile de sortir des favoris tant les cartes sont redistribués chaque année, alors que la forme du jour sera prépondérante. Citons tout de même les cadets deuxièmes années ayant brillé l’an passé, comme Timothée Mischler et Pierre Proust (6e et 7e) et Agathe Thibert, qui s’annonce comme la favorite chez les cadettes (médaillée de bronze l’an passé, excellente 13e au cross de sélection à Hyères).

Sprint final rageur et victorieux pour Thierry Guibault l'an passé

Sprint final rageur et victorieux pour Thierry Guibault l’an passé

Enfin, les vétérans ouvriront ces championnats de France (à 11 h 05, vingt minutes après les handisports), comme à l’accoutumée. Loin d’être un défilé de vieilles voitures de collection rangées au garage et exposées lors des grands raouts, ce sont des athlètes à la carrosserie toujours rutilante, et qui pour certains ne dépareilleraient pas dans le peloton senior, qui s’effrangeront sur le circuit des Hunaudières.

Grosse course donc en perspective, avec le tenant du titre Thierry Guibault, qui avait pris sa revanche l’an dernier au terme d’un superbe sprint sur le le vainqueur 2014 Mokhtar Benhari, ainsi que l’octuple champion de France Driss El Himer, Guylain Schmied ou encore Loïc Letellier (devancé d’une seconde lors des inters par Mokhtar Benhari).

Loïc Letellier

Loïc Letellier

Au fait ! N’oubliez pas dimanche de bien vous harnacher au baquet, car ça va secouer !

(1) L’article 16 du livret des règlements des compétitions nationales 2016 stipule que « le nombre d’athlètes mutés et/ou étrangers en application des dispositions définies à l’article 3.3.1 des Règlements Généraux de la FFA est limité dans une équipe à : 1 pour toutes les catégories« .

Tous les engagés : cliquez-ici.

Tous les horaires : cliquez-ici.

Texte : Quentin Guillon.

Photos : Yves-Marie Quemener (sauf mention contraire).