->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Europe de Cross – Lejeune surprenante

A seulement 16 ans cette cadette licenciée à l’EFS Reims Athlétisme a terminé 21e et décroché la médaille d’argent par équipes, en compagnie de ses compatriotes membres du collectif junior féminin.

 

Auparavant, à quoi se résumait ton palmarès ?

Cette année, blessée à un pied, je n’ai pas pu courir mes premiers France de cross, vu que chez les minimes, il n’y en a pas. Après sur piste à l’occasion des France des jeunes j’ai remporté le 3000 mètres chez les cadettes. Puis sur route j’ai réalisé 35’41’’ sur 10 km. Egalement, je pratique le triathlon, une discipline où j’ai déjà pris part à une coupe d’Europe.

 

Cadette, espérais-tu te qualifier pour les Europe de cross juniors ?

En fait je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre, vu que je n’avais jamais participé à une compétition de niveau national en cross. Cependant grâce à Maxime Hutteau, mon entraîneur, qui me prépare en course, en natation et en vélo, je savais que j’avais effectué du bon travail dans l’optique du Cross sélectif d’Allonnes. Et cela a payé, puisque j’ai pris la seconde place qualificative derrière Cassandre Beaugrand. Donc, je pouvais être satisfaite.

 

Mais à 16 ans n’as-tu pas été surprise d’intégrer l’équipe de France junior ?

Au fond, à part le fait que je sais que j’aurai l’opportunité de prendre part à 3 autres Europe avec les juniors, cela ne change pas grand-chose. Ensuite, une fois espoir puis senior, je sais que d’autres filles risquent de progresser. Donc, je ne veux pas me laisser griser et je veux rester prudente.

 

Comment as-tu vécu les à-côtés de ce premier grand championnat ?

Cela a été une expérience très enrichissante entre le voyage, l’ambiance au sein du groupe et la possibilité d’échanger avec des seniors. J’ai pu discuter facilement avec Annette Sergent, qui nous a accompagnées. Je ne savais pas qui elle était, parce lorsqu’elle courait je n’étais pas encore née. Quand j’ai appris qu’elle avait été 2 fois championne du monde, cela m’a fascinée de pouvoir parler aussi simplement avec elle. Aussi, j’ai rencontré Sophie Duarte et Alexandra Louison, connue dans l’univers du triathlon et à qui j’ai demandé des conseils. Après j’étais fière de porter les couleurs de l’équipe de France. Enfin, une fois mon épreuve terminée j’ai regardé les autres courses et encouragé les autres Français. C’était impressionnant de voir tous ces athlètes à la lutte et courir si vite. Cela fait rêver, mais en même temps cela te rend humble, car tu te dis que pour en arriver à leur niveau le chemin est long et que ça exige beaucoup de travail.

 

Quels souvenirs gardes-tu de la compétition ?

Je l’ai envisagée telle une course comme une autre. Par contre, j’ai constaté que ça partait beaucoup plus vite et qu’il faut toujours être à fond, sinon en raison de la densité si on relâche un peu le rythme, toute de suite on perd beaucoup de places.

 

De quelle manière comptes-tu aborder 2015 ?

Avoir vécu ces Europe me booste en vue de mes objectifs. Encore cadette, je vais me battre pour gagner les France. Ce titre me permettrait peut-être de courir en Chine les mondiaux de cross juniors. Si une équipe complète est sélectionnée, elle sera éventuellement composée avec des juniors et une ou deux cadettes. Donc, il faut vraiment que je me donne les moyens d’essayer. Une fois la saison de cross terminée, je me concentrerai de nouveau sur le triathlon et le duathlon, animée par la volonté de me qualifier pour les Europe. Quant à la piste, je ne sais pas. Peut-être du 3000, mais pas de 1500. Ca va trop vite pour moi.

Recueilli par Christophe Rochotte – Photo CR