->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Europe de cross – Ingebrigtsen et Gressier en verve

Déjà en verve lors des Europe sur piste de Berlin en août dernier, les frères norvégiens Ingebrigtsen ont un nouvelle fois fait parler d’eux lors des 25e Championnats d’Europe de cross, disputés dans la boue, sous la pluie et sous le vent de Tilburg (HOL) ce dimanche.

Filip Ingebrigtsen, champion d’Europe 2016 du 1500m, a ainsi remporté l’épreuve sénior de ces championnats d’Europe, disputés sur 10 300m au coeur du Beekse Bergen Safari Park. Ce n’est que dans le dernier tour du circuit que le Norvégien s’est détaché pour tromper la vigilance du Belge Kimeli, et remporter son premier titre européen. Chez les Français, Hassan Chahdi a terminé vingt-cinquième et meilleur Français, tandis que l’équipe se classe dixième.

Filip Ingebrigtsen, vainqueur Senior

Jakob Ingebrigtsen, lui, remportait pour sa part son 3e titre consécutif chez les juniors. côté français,  Mohamed-Amine Kodad a fait preuve d’une belle dose d’audace pour finir à une méritoire septième place. Son camarade Valentin Bresc a, lui aussi, intégré le top 10, de justesse (10e). Chez les filles, Melody Julien a signé la meilleure performance des juniors filles grâce à sa trente-deuxième place. Elle et ses camarades se sont classées douzièmes par équipes.

Jakob Ingebrigtsen, champion d’Europe junior

La course féminine Sénior n’a pas échappé à la tente du titre, Yasemin Can (TUR), la plus rapide sur les 8300m du parcours, devant la Suisse Fabienne Schlumpf, et la Norvégienne Karoline Bjerkeli Grovdal. Les Françaises ont achevé leur parcours au pied du podium collectif, mais à bonne distance de l’Allemagne, troisième. Liv Westphal (16e) et Marie Bouchard (17e) repartent avec la satisfaction d’un top 20 et du devoir accompli.

Yasmine Can, championne d’Europe senior

La France aura brillé dans la course Espoirs masculine. Vainqueur à Samorin (SVQ) en 2017, Jimmy Gressier savait qu’il était le favori numéro 1 à sa propre succession. Mais rien n’est jamais écrit d’avance, surtout en cross. De la boue, du sable qui rend les appuis mous et incertains, des virages serrés dans la forêt qui obligent à rester vigilant et bien placé en permanence, et surtout une vilaine averse de pluie mêlée de grêle pendant l’effort. L’affaire n’avait rien d’une partie de plaisir. Mais Gressier était au-dessus du lot ce dimanche à Tilburg. Mis en confiance par une préparation réussie, Jimmy avait un plan en tête. Pourtant, tout ne s’est pas passé comme prévu dans le déroulé de la course. Ce serait même plutôt l’inverse. D’abord, son attaque précoce n’avait rien de prémédité. « J’avais envisagé de rester planqué, mais il faut savoir mettre de la folie de temps en temps dans ce qu’on fait », souriait-il à l’arrivée. Ensuite, une résistance bien plus farouche qu’envisagé de la part de l’Allemand Samuel Fitwi. « Je savais que les autres allaient vouloir me battre, mais on a travaillé intelligemment à l’entraînement avec mon coach pour pouvoir leur répondre sur le terrain. » Gressier l’emporte finalement en 23:37, 12 secondes devant Fitwi et devant son compatriote Hugo Hay, 3e. Pour la quatrième année consécutive, la génération 97-98 est montée sur la plus haute marche du podium par équipes d’un Euro de cross, grâce aussi à la 7e place du jour de Fabien Palcau. Mathilde Sénéchal a bouclé sa course au 10e rang, après avoir longtemps figuré dans le bon wagon.

Le relais mixte français, vice-champion d’Europe

La France aura laissé échapper le titre sur le relais Mixte de très peu. Deuxièmes derrière l’Espagne, les Bleus du relais mixte n’avaient pas de regrets. « On a tout donné pour l’équipe, et on a pris plaisir à courir ensemble, ce qui nous arrive rarement, synthétisait Mahiedine Mekhissi, de retour aux labours après des années d’éloignement. C’est un format très particulier, parce que cela va très vite, et ce n’est pas évident de doser son effort. » Dans cette course spectaculaire et rythmée,  le Rémois faisait équipe pour l’occasion avec Alexis Miellet, qui a prouvé qu’il était un authentique spécialiste, Rénelle Lamote, ravie de pouvoir prendre part à un cross compatible avec sa distance de prédilection (1500 m chacun à parcourir), et Johanna Geyer Carles, qui s’est chargée de conclure le travail. « C’est vraiment une belle épreuve, à vivre comme à préparer, soulignait la Grenobloise. Je suis un peu déçue de ne pas avoir passé la ligne d’arrivée en tête, mais cela nous a donné envie de revenir dès l’an prochain ! »

Au tableau des médailles, la France apparaît au deuxième rang, avec quatre breloques dont deux en or, derrière la Norvège et devant la Turquie.

Avec athle.org – Photos : KSMP/FFA et Getty Images