->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Léo Kouper : « Une affiche devait être « évidentielle » »

Bien qu’à 90 printemps, Léo Kouper continue de donner une identité visuelle à la corrida de Houilles. Ses affiches constituent l’essentiel de son œuvre en rapport avec le sport – hormis une création réalisée à l’occasion de Roland Garros.

Car Léo Kouper est surtout connu pour avoir conçu pléthore d’affiches consacrées aux ressorties de films de Charlie Chaplin (tels que « La ruée vers l’or », « Les Temps modernes », « Le Dictateur »). Son « plus grand titre de gloire. Ce qui est quand même pas mal de son vivant » sourit Léo Kouper, soudainement plus « triste » l’instant d’après lorsqu’il évoque le dessinateur Cabu, avec qui il avait travaillé.

Car l’interview a été réalisée le 7 janvier dernier, jour qui marquait la commémoration des attentats perpétrés contre Charlie Hebdo.  Par téléphone et en dépit d’une ligne erratique (« sinon, on peut faire l’interview par courrier » a-t-il plaisanté, espiègle et allègre), Léo Kouper, qui travaille toujours avec le réalisateur Jean-Pierre Mocky, a expliqué son métier d’affichiste.

Affiche8

Un métier devenue presque désuet, le cinéma ne faisant malheureusement pratiquement plus appel à ces talents d’artiste. Si l’initiative lancée par la corrida de Houilles, sous la férule d’Alexandre Joly il y a plus de quarante ans, pouvait faire des émules dans le sport et dans d’autres sphères…

De quand date votre première affiche pour la corrida de Houilles ?

J’ai succédé à Luigi Castiglioni. Je ne serais pas exactement dire quand mais ça fait un petit moment. J’ai eu de la chance que mon style plaise non seulement à Monsieur Alexandre Joly mais aussi à tous les gens qui s’occupent de la préparation de la corrida.

Qu’est ce qui vous a motivé à accepter cette proposition, le sport n’étant pas alors votre « matière première » ?

C’est quand même mon métier de faire des affiches, je n’allais quand même pas refuser (sourire). Et j’ai trouvé que le sport était un truc assez intéressant.

Léo Kouper a conçu l'affiche de l'édition 2015 de la corrida de Houilles

Léo Kouper a conçu l’affiche de l’édition 2015 de la corrida de Houilles

L’affiche 2015 est en lien avec le cinéma. Il y a des similitudes selon vous entre le septième art et la course à pied ?

Oui, peut-être. Ils (les organisateurs de la corrida) m’ont orienté en me disant qu’ils aimeraient bien que ça soit cette année (2015) sur le thème du cinéma. C’est la raison pour laquelle il y a le clap de cinéma. J’ai essayé de regrouper cette idée sur l’affiche.

Le cinéma, c’est une caméra qui tourne à 24 images par seconde. Enfin dans le temps, mais çà marche toujours un peu comme çà. On peut dire que l’affichiste est défavorisé par rapport à un réalisateur de cinéma, qui a à sa disposition ces 24 images par seconde pendant une heure, deux heures, le temps que se déroule le film. Une course, ça dure un peu près le même temps.

L’affichiste a lui une seule image pour dire tout çà. D’où l’intérêt d’être simple, direct et de trouver l’idée type.

La première affiche que j’ai faite pour la corrida de Houilles – c’était peut-être la plus amusante- on voyait simplement des coureurs qui se suivaient. De tellement près qu’il y en a un qui marchait sur le pied de l’autre, et il criait dans une bulle : « Houilles ! ». C’est pour vous dire que toutes les idées sont bonnes à prendre.

La première affiche réalisée par Léo Kouper pour la corrida de Houilles

La première affiche réalisée par Léo Kouper pour la corrida de Houilles

Est-ce difficile de trouver des idées et de se renouveler, notamment après avoir réalisé plusieurs affiches pour la corrida ?

J’espère que l’on croit que l’on trouve facilement, mais ce n’est pas toujours le cas. Des fois, on passe beaucoup de temps, on sèche. Et avec l’obstination, ça finit par venir. J’ai succédé à un tellement grand affichiste en la personne de Luigi Castiglioni que je me devais de ne pas décevoir, en ne faisant peut-être pas aussi bien, mais de façon différente. Je crois que je le fais à chaque fois de façon différente.

« Le vélo d’appartement, moins drôle que la corrida de Houilles essentiel pour ma santé ! »

Quel rapport avez-vous au sport ?

Je n’en ai pas, étant donné que je suis un vieil homme de 89 ans (90 aujourd’hui, ndlr).  Lorsque j’étais jeune, je le regrette mais je n’ai pas fait tellement de sport (voire pas du tout me dit ma femme !). Maintenant, j’ai quand même un rapport au sport car je me trouve dans un hôpital, après une opération. Et justement, c’est par le sport que l’on me soigne – je fais par exemple du vélo d’appartement. C’est moins drôle que la corrida de Houilles mais c’est essentiel pour ma santé !

Léo Kouper, pour les 30 ans de la corrida de Houilles

Léo Kouper, pour les 30 ans de la corrida de Houilles

Vous aviez créé un néologisme en soulignant dans un article qu’une affiche devait être « évidentielle ».

Ah (sourire) ! Une affiche doit être évidente, et pour cela, on ne doit y mettre que l’essentiel. C’est pour çà que j’ai eu envie d’inventer ce mot. Je trouve qu’il  convient bien. Si vous analysez, dans “évidenciel“, il y la “vie“, le “vide“, qui est très important dans une affiche, la “danse“ et le “ciel“. Je suis peut-être un peu poétique mais j’aime bien ce mot. C’est compliqué d’aller à l’essentiel, mais c’est mon but.

A lire également : Houilles en haut de l’affiche.

Interview : Quentin Guillon.