->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Emeline Bauwe, une rentrée en demi-teinte avant le stage en Afrique du Sud

La junior de l’Athlé 66 a effectué sa rentrée samedi à l’occasion du meeting des Volcans, à Aubière près de Clermont. Mais son chrono (2’10’’18) et sa deuxième place ne satisfaisaient pas celle qui est partie à Montpellier pour ses études en septembre…avant de revenir chez elle à Perpignan la semaine dernière.

«Non, je ne suis pas du tout satisfaite» sourit amèrement Emeline Bauwe après sa rentrée indoor samedi à Aubière. «Je m’attendais à faire mieux. J’ai été malade trois fois. Je savais qu’à l’entraînement, je n’étais pas très bien. Je savais que je n’allais pas faire 2’05’’. Mais j’aurais voulu faire 2’07’’, quelque chose comme ça. L’année dernière, j’avais fait mon premier 800 en 2’08 (2’08’’40 le 20 janvier) Et comme tous les ans, j’aime bien m’améliorer… En plus je me suis fait battre (par Chaymae Ismaili Alaoui, 2’09’’88) » réagit l’athlète coachée par Patrick Sarrat, encore sous le coup de la déception.

« En fait, je n’avais pas envie de courir. Je n’étais pas motivée sur la ligne de départ. Je ne sais pas du tout pourquoi. Dès le premier 200, mon coach a vu que ça n’allait pas. Il m’a dit que c’était la rentrée et que c’était normal». Une absence de motivation peut-être à chercher du côté de l’extra sportif. En septembre, Emeline Bauwe met le cap sur Montpellier dans le cadre de ses études, pour sa première année en prépa kiné. «Mais ça ne me plaît plus et j’ai décidé d’arrêter. Je suis revenue à Perpignan la semaine dernière» glisse t-elle.

«J’étais en prépa kiné pour rentrer dans une école de kiné. L’année prochaine, j’irai directement en école de kiné à Gérone en Espagne, sans passer par le concours. J’ai réussi à récupérer les cours de Gérone, donc je commence à réviser et je prends de l’avance». Emeline Bauwe admet que l’adaptation à son nouvel environnement à Montpellier s’est révélée compliqué. Mais quand sera-t-il à l’étranger à la rentrée prochaine? «Je suis mieux à Perpignan car il y a mes parents, mon club depuis que je suis tout petite. C’était dur à Montpellier. Avec les cours, ce n’était pas facile. Pour Gérone, je connais les emplois du temps et il n’y a des cours que l’après-midi. Je pourrais donc m’entraîner ou réviser le matin. Je pense que ça va aller».

«On voit ce qui nous attend dans quelques années»

Toujours est-il que la sociétaire de l’Athlé 66 a l’occasion de repartir de l’avant dès mercredi, puisqu’elle s’envolera pour trois semaines en stage en Afrique du Sud, pour le traditionnel stage fédéral de janvier, réunissant cette année une très forte délégation d’athlètes tricolores. «J’aimerais bien faire moins de 2’05’’ cet hiver et faire un podium aux Elite» souligne Emeline Bauwe, qui avait crée la surprise en 2013, terminant 2e des France Elite dans le sillage d’un chrono impressionnant (2’05’’39).

Elle avait ensuite privilégié le 400 m haies pour la saison estivale, se qualifiant pour les championnats d’Europe juniors avec un temps de référence (57’’73) laissant augurer d’un possible podium. Mais une chute en demi-finales avait réduit ses ambitions à néant. «C’était la dernière compète de la saison. Je suis parti directement en vacances donc je m’en suis bien remis» explique t-elle.

Puis les Jeux de la Francophonie –sur 400 m haies et sur le relais 4×400 m- en septembre lui ont permis de définitivement tourner la page. «On voit ce qui nous attend dans quelques années. On peut parler avec les autres athlètes, ça fait une bonne expérience. J’ai bien aimé» conclut Emeline Bauwe, dont l’objectif estival sera la qualification pour les championnats du Monde juniors à Eugene, aux Etats-Unis.

Et à l’instar de l’année écoulée, elle décidera au cours de la saison de s’aligner sur 400 m haies ou sur la double tour de piste.