->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Dopage : la Russie privée des Jeux Olympiques de Rio ?

La Russie pourrait être privée des JO de Rio après le scandale de dopage. La pression est sur les épaules de Sebastian Coe, président de l’IAAF depuis le 30 août dernier.

Le président de la commission d’enquête de l’Agence Mondiale Antidopage (AMA) Dick Pound (qui fut président de l’AMA de 1999 à 2007) a présenté ce lundi 9 novembre à Genève l’accablant rapport d’enquête dévoilant en détail le système de dopage mis en place en Russie, et l’implication de moult acteurs, dont la Fédération internationale d’Athlétisme (IAAF).

L’AMA avait décidé de confier à Dick Pound cette enquête à la suite des  révélations de la chaîne allemande ARD (l’édifiant reportage du journaliste Hajo Seppelt est à visionner ici) et du quotidien L’Equipe (lire ici, ,  et ).

L’un des auteurs du rapport, Richard McLaren, avait comparé ce scandale à celui de la FIFA : « C’est une corruption d’une tout autre échelle que le scandale de la FIFA. Ce rapport va changer la donne. Vous avez un groupe de vieux messieurs qui se sont mis de l’argent dans les poches – via de l’extorsion et des dessous-de-table – mais qui ont également provoqué des changements significatifs dans les résultats et les classements des compétitions internationales d’athlétisme ».

Le rapport fait plus de 300 pages (à lire ici). Parmi les conclusions, on y lit l’enracinement d’une profonde culture du dopage en Russie. L’état d’esprit « gagner à tout prix » était transmis des coaches aux athlètes, et des témoignages ont été recueillis sur le fait que des athlètes refusant de se plier à cette culture du dopage se voyait refuser l’accès à l’équipe nationale !

1 417 échantillons –ne provenant pas uniquement d’athlètes, mais aussi d’autres sports- ont été détruits sur ordre du directeur du  laboratoire antidopage de Moscou …après que l’AMA ait notifié au laboratoire par écrit de conserver lesdits échantillons (des agents des services secrets russes ont aussi infiltré le laboratoire de Moscou chargé d’analyser les tests antidopage lors des Jeux de Sotchi en 2014 et les Mondiaux d’athlétisme en 2013) !

« Défaillance systématiques au sein de l’IAAF et de la Russie »

La commission indépendante recommande à l’AMA de retirer l’accréditation du laboratoire antidopage de Moscou.

Le rapport confirme l’implication des médecins, des entraîneurs et de personnels du laboratoire dans ce vaste système de tricherie, alors que l’enquête a mis au jour des pratiques de corruption et les pots-de-vin au plus sommet de l’IAAF.

Les informations ont été transmises à Interpol, qui va coordonner une enquête mondiale pilotée par la France (lire ici), lors l’ex président de l’IAAF Lamine Diack a été mis en examen la semaine passée pour corruption (lire ici).

Sergey Kirdyapkin lors de son titre olympique à Londres en 2012 (Photo Gilles Bertrand)

Le marcheur russe Sergey Kirdyapkin lors de son titre olympique à Londres en 2012 (Photo Gilles Bertrand). Il a été suspendu trois ans et deux mois à partir du 15 octobre 2012, s’est vu annulé certains de ses résultats, mais pas son titre à Londres

La commission a recommandé la suspension à vie de cinq athlètes (et cinq dirigeants et entraîneurs), dont la soi-disant championne olympique2012  du 800 mètres Mariya Savinova (actuellement suspendue . Des Jeux de Londres « sabotés » selon la commission par la présence d’athlètes dopés.

La commission indépendante a donc recommandé à l’IAAF de suspendre la Fédération Russe d’athlétisme (ARAF). En conférence de presse ce lundi 9 novembre à Genève, il fut demandé à Dick Pound s’il pensait que les athlètes russes devaient être privés des Jeux Olympiques de Rio. La réponse fut positive (sans jeu de mot aucun). Reste à savoir si le nouveau président de l’IAAF Sebastian Coe s’y résoudra, lui qui avait refusé cette hypothèse la veille.

« Ce n’est que la pointe de l’iceberg ; la Russie et l’athlétisme ne sont pas les seuls à avoir un problème avec le dopage »

Mais les choses semblent avoir bougé depuis, l’IAAF ayant envoyé un communiqué de presse tout juste la conférence de presse achevée.

«Les informations révélées par la commission d’enquête indépendante de l’AMA sont alarmantes. Nous avons besoin de temps pour les digérer et en comprendre tous les détails. J’ai cependant demandé au Conseil de l’IAAF de lancer la procédure relative aux sanctions proposées contre l’ARAF » indique dans ce communiqué Sebastian Coe.

Il est ensuite précisé la procédure menant à la suspension (provisoire à l’exclusion totale des compétitions organisées par l’IAAF selon l’éventail des sanctions) d’une Fédération membre de l’IAAF (le conseil de l’IAAF va se réunir pour décider ou non de sanctionner, puis la Fédération russe sera convoquer pour répondre, avant que le conseil de l’IAAF ne prenne une décision finale).

Sous la pression et pour donner des gages de crédibilité, Sebastian Coe, qui fut vice-président de l’IAAF depuis 2007 à août 2015, n’a pas sans doute pas d’autres choix.

Reste que Dick Pound a déclaré que « ce n’est que la pointe de l’iceberg ; la Russie et l’athlétisme ne sont pas les seuls à avoir un problème avec le dopage ».

Gageons que la Russie ne « prenne » pas pour tout le monde…

Photo de une : Mariya Savinova, championne olympique 2012 du 800 m à Londres, pourrait être suspendue à vie si la recommandatation de la commission indépendante est suivie (Photo Gilles Bertrand).

Le rapport de la commission indépendante de l’AMA : cliquez-ici.