->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Dopage : coup de tonnerre en Italie ?

Décidément, de multiples secousses font actuellement vaciller l’athlétisme mondial. Et c’est tant mieux pour un sport propre. Après la Russie et le Kenya, 26 athlètes italiens sont dans le viseur des autorités antidopage. Et pas des moindres !

Après l’accablant rapport de la commission antidopage (CI) de l’AMA concernant la Russie, la suspension de Marta Dominguez en Espagne, la suspension de la double championne du Monde de cross kényane Emily Chebet (parmi sept autres athlètes kényans), sans oublier les investigations actuellement en cours (Kenya ainsi que l’enquête actuelle menée par la justice française concernant les soupçons de corruption à l’IAAF), l’agence antidopage italienne a requis mercredi 2 décembre deux ans de suspension à l’encontre de 26 athlètes en raison de manquements aux règles du Code mondial antidopage (39 autres pourraient être inquiétés).

On retrouve parmi ces athlètes le médaillé de bronze olympique à Londres du triple saut Fabrizio Donato, le vice-champion du Monde la longueur 2007 Andre Howe ou le champion du Monde 2003 du saut à la perche Giuseppe Gibilisco.

Mais aussi et surtout un grand nombre de demi-fondeurs. Parmi eux, Daniele Meucci, champion d’Europe 2014 du marathon à Zurich, et 8e des Mondiaux de Pékin ; Ruggero Pertile, 4e surprise des Mondiaux de Pékin sur marathon ou encore le champion d’Europe de cross 2012 Andrea Lalli (la liste complète est disponible sur le site du CONI ou le site de la Fédération italienne d’athlétisme).

Ces athlètes mettent en avant des erreurs administratives (rappelons qu’ils n’ont pas été contrôlés positifs). La procédure va se poursuivre devant le comité olympique italien (CONI).

« Blâmer uniquement les athlètes pour ce qu’il s’est passé est trop simple » a réagi auprès de l’AFP le président de la Fédération italienne, Alfio Giomi. L’athlète est le point de départ et d’arrivée, mais entre les deux, il y a les entraîneurs, les clubs, la Fédération et le CONI. Nous devons tous assumer notre responsabilité ».

Photo de une : Daniele Meucci (à gauche sur la photo) lors des championnats d’Europe de marathon à Zurich en 2014 où il l’avait emporté (Photo Q.G).