->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Championnats d’Europe de Cross : Fabien Palcau impatient

Champion de France cadet, ce représentant du Dijon Université Club a terminé second du cross de sélection junior de Gujan-Mestras derrière Alexis Miellet, également licencié au DUC. A 17 ans, étonné de figurer à ce rang, ce Bourguignon a désormais hâte de vivre cette première expérience internationale

. Une fois champion de France cadet de cross, quels ont été tes objectifs ?

– Je me suis concentré sur la piste, mais je n’ai rien réalisé d’extraordinaire. J’espérais réussir un chrono sur 3000 mètres. Or, je n’ai pas fait mieux que 8’39’’ et une 3e place aux France cadets. Pareil, au 1500 je ne suis pas descendu sous les 3’55’’. Ensuite, la saison de piste terminée il ne restait plus qu’à songer à ce cross de sélection.

. Quand a débuté la préparation ?

– Après les France du 3000 courus le 19 juillet, j’ai coupé complètement pendant 3 semaines. Ensuite jusqu’à la mi-septembre, je me suis limité à 2, 3 footings par semaine. Puis j’ai repris sérieusement les séances sur piste avec le groupe de demi-fond du club. Toutefois la préparation spécifique dans l’optique de Gujan n’a débuté qu’à la mi-octobre. Egalement, durant la seconde semaine des vacances de la Toussaint, j’ai été invité à Cap-Breton à un stage national en compagnie des meilleurs jeunes. Ce fut une grosse semaine à base de footings rapides, de fartlek et de VMA.  J’ai bien apprécié, parce que cela m’a permis d’échanger avec d’autres plus âgés, qui connaissent déjà le haut niveau. Donc, j’en suis reparti très motivé et bien décidé à parvenir à décrocher cette première sélection. Cependant, quelque chose ne tournait pas rond, j’étais vraiment loin d’être au top de ma forme et j’ai commencé à me sentir mal.

. Que s’est-il passé ?

– A peine rentré du stage j’ai carrément été obligé de m’arrêter 4 jours, victime d’une maladie infectieuse. J’ai passé la plupart de mon temps à dormir. En plus j’ai été 6 jours sous antibiotiques. Suite à ça avec Rémy Geoffroy, mon entraîneur, on savait que ce cross allait être dur. Heureusement une semaine avant, je me sentais de mieux en mieux au fil des jours. Ce qui m’a redonné le moral. Bref, j’ai retrouvé la forme pile au bon moment et j’ai vécu quelque chose d’inespéré le jour de l’échéance.

. C’est-à-dire ?

-Même si c’est parti très vite, je sentais que mes jambes répondaient et à la fin de la première boucle, j’ai pu recoller avec la tête. A ce moment-là cela a accéléré mais pas trop et je ne subissais pas l’effort. Confiant, j’ai continué. Lorsqu’Anthony Pontier a attaqué dans la butte à 250 mètres du but, je suis revenu rapidement sur lui et Alexis Miellet. Par contre, il n’a pas été possible de lutter avec Alexis, meilleur que moi et qui logiquement a gagné. En tous cas, je n’en reviens vraiment pas d’avoir décroché cette première sélection et surtout d’avoir fini second. Il y a de quoi être agréablement surpris. En plus, au vu des résultats cela ne s’est joué à rien : deux secondes entre Alexis et le 9e.

. Qu’attends-tu des Europe ?

– Je voudrais déjà y être. J’ai hâte de vivre ce premier grand championnat, où il va falloir se battre jusqu’au bout. A l’occasion de cette « Première » me situer entre la 15e et la 20e place me semble possible. Le plus motivant reste de conserver le titre par équipe. Ce qui est jouable, vu le niveau des autres membres du groupe. Alexis était finaliste sur le 1500 aux mondiaux juniors, Medhi était aussi à Eugene et Anthony a pris la 5e place aux JO de la jeunesse sur le 2000 steeple.

. Et en 2015 ?

– Chaque chose en son temps. Je dois d’abord me centré sur ces Europe. Après en 2015,  lors des France, accéder au top 6 relève du domaine du possible, car à Gujan tous les meilleurs juniors que je vais retrouver étaient là. Ce qui pourrait me permettre de me qualifier pour les mondiaux. Ce serait fantastique de côtoyer les meilleurs de la planète.

Fabien Palcau, Baptiste Mischler et Anthony Pontier (FRance UNSS 2013) :

2