->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Anorexie et boulimie dans la course à pied : attention, danger !

L’anorexie et la boulimie restent tabou dans le sport de haut niveau, en particulier la course à pied, sport d’endurance très touché par le phénomène. Ces maladies mentales sont un véritable « enfer » pour les femmes – et les hommes – qui les vivent. Enquête, à découvrir l’opus 257 de VO2 Run. 

« Je voulais faire l’amour avec mon copain parce que je brûlais mes calories ». « Aussitôt après avoir mangé un bonbon, je me regardais de profil dans une glace. Comme s’il y avait un impact sur mon ventre ». Ce genre d’anecdotes peut prêter à sourire. Elles sont dramatiques, pourtant. Selon  l’Institut de Recherche du Bien-être, de la Médecine et du Sport Santé (IRBMS), entre 200 000 et 250 000 personnes, à 95% des femmes, peut-être plus car la maladie est taboue, sont touchées en France par l’anorexie (la boulimie n’est pas comptabilisée dans ces chiffres). Nombreuses sont celles qui pratiquent la course à pied, tous niveaux confondus.

Des antécédents familiaux, un manque affectif familial, la période de la puberté qui représente un contexte de fragilité, des frustrations alimentaires, la pratique d’un sport esthétique ou artistique, des athlètes et personnalités modèles, des traumatismes et abus physiques ou sexuels subis durant l’enfance ou la carrière sportive favorisent l’apparition de l’anorexie et la boulimie.

Cécile : « Parfois, mon coach me disait que j’avais pris des fesses pendant les vacances »

A cinq ans, Elisabeth Grousselle a vécu un évènement traumatique. « Mon inconscient l’a enfoui pour  l’oublier » susurre la demi-finaliste des Jeux Olympiques 2004 sur 800 mètres dans un café près de Bordeaux. « Mais ça a brusquement resurgi à 15 ans. Je me suis réveillée en pleurs. J’ai alors grossi. J’avais le dégoût de moi-même. Je me suis tournée vers l’athlétisme en 1990, à 18 ans à peine. J’ai entendu dire que les mannequins se faisaient vomir…en allant à ma première compétition à Bordeaux ». Elle est boulimique, avec vomissements. « Je mangeais pour cinq personnes. J’avais l’impression d’être une femme enceinte ».

« Un plat, c’est du jambon et une pomme »

Charlotte Audier a surgi, elle, au milieu des années 90 dans les labours de l’Hexagone. Adolescente, elle était la petite princesse du cross. « J’avais des soucis personnels » entame-t-elle sans entrer dans les détails. « J’ai commencé à courir à onze ans, c’était mon moyen pour évacuer. Puis j’ai sombré dans l’anorexie vers 13, 14 ans ». Elle boit une gorgée de son café noisette, dans un bistrot qui jouxte le conseil départemental où elle travaille depuis plus de quinze ans. « Entre la quatrième et la troisième, j’ai subitement perdu 10 kilos. Je ne sais pas comment cela est arrivé. Une amie d’enfance était surprise que je mette mon blouson en classe, tellement j’avais froid ».

Aurore, infirmière : « Une fille qui n’avait pas mangé un seul aliment pendant trois jours, mange un fromage blanc. Elle vient me voir et me dit ”c’est arrivé directement arrivé dans mes cuisses” »

Comme l’explique Stéphanie Meriaux plus loin dans ces pages, les déclencheurs de la maladie sont pluriels. Toute idée de séparation (divorce, deuil, intégration dans un internat, etc…) peut provoquer un trouble.

« J’avais 17 ans, j’étais en première » raconte Cécile (1), 24 ans aujourd’hui et anorexique pendant deux ans. « L’origine n’est pas évidente à déterminer. J’étais ado, j’ai vécu une déception amoureuse. J’étais au même moment au pôle espoir. J’avais eu un rendez-vous avec la médecin du sport pour faire un point sur mon alimentation. Je faisais déjà attention à ce moment-là. Elle était allée jusqu’à me dire que les pommes étaient assez sucrées et qu’il ne fallait pas que j’en mange de trop. Parfois, mon coach me disait aussi que j’avais pris des fesses pendant les vacances. On prend un peu tout au pied de la lettre. Ça a été un tout ».

Laurence Vivier, très sensible sur la question, se souvient : « Une petite jeune m’a récemment raconté qu’une personne de son entourage sportif lui avait dit de perdre trois kilos dans les mois suivants, si elle voulait faire du demi-fond. Elle doit faire 1,55 m. Trois kilos, c’est énorme. Quand j’entends ça… ».

Elisabeth Grousselle : « C’est une dépendance. Tu as l’impression d’une sorte de jouissance, même si je voulais tous les jours que ça s’arrête »

Si chaque survenue de la maladie est unique, les conséquences sont similaires. Charlotte Audier a enchaîné les kilomètres très jeune. « Courir pour le plaisir, je ne sais pas ce que ça veut dire. Je n’ai pas appris ni commencé comme ça. Je ne faisais rien doucement. Il fallait que je brûle des calories et que je me rentre dedans ». Rapidement, les très bons résultats sont arrivés : titres nationaux en cross, records de France, jusqu’à rivaliser au cross Ouest-France, en 1997 et à 17 ans, avec Derartu Tulu, championne olympique du 10 000 mètres cinq ans plus tôt. « Quand on fait de l’anorexie et qu’on prend la course à pied comme de l’autodestruction, je ne vois pas où est le plaisir, quand bien même (…)

La totalité de ce dossier sur le danger de la boulimie et de l’anorexie dans la course à pied est à retrouver dans notre numéro 257, en kiosques et à commander ICI.