->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Mondiaux en salle – Lavillenie et Mayer en chefs de file

La ville de Birmingham (Royaume-Uni) accueille, à partir de ce soir et jusqu’à dimanche, la 17e édition des championnats du monde en salle. L’édition 2016 avait souri aux athlètes français, avec notamment le titre de Renaud Lavillenie au saut à la perche ainsi que les médailles d’argent et de bronze de Pascal Martinot-Lagarde et Dimitri Bascou sur le 60m haies. Qu’en sera-t-il cette année ?

Les Mondiaux en salle n’ont jamais été une compétition très prisée des athlètes. Beaucoup décidant de faire l’impasse sur ce rendez-vous international pour se focaliser uniquement sur la saison estivale. Concurrence exacerbée, place tardive dans le calendrier, minima compliqués : les raisons ne manquent pas pour expliquer, à chaque édition, ce manque d’attrait. Privée de ses sprinteurs Christophe Lemaitre et Jimmy Vicaut, l’équipe de France aura, elle, tout de même fière allure avec une délégation forte de 10 athlètes dont Kevin Mayer et Renaud Lavillenie qui en seront les fers de lance. Tour d’horizon des différents représentants tricolores.

Après une année 2017 marquée par les blessures et une troisième place l’été dernier au championnat du monde, Renaud Lavillenie semble avoir retrouvé cet hiver ses meilleures sensations. En attestent, ses 5m93 le week-end dernier lors du All Star Perche qui le placent en tête des bilans mondiaux à égalité avec Sam Kendricks. L’Américain devrait être le principal adversaire du Clermontois, déjà deux fois titré au niveau mondial en indoor (2012 et 2016). Un autre perchiste français participera dimanche à ce concours : Axel Chapelle. Le sociétaire de l’EA Cergy-Pontoise, en banlieue parisienne, a porté cet hiver son record à 5m88 (5e ex-aequo au bilan mondial avec Holzdeppe et Wojciechowski).

Lui aussi rêve d’une médaille en Grande-Bretagne, et évidemment du plus beau métal. Sacré champion du monde du décathlon l’été dernier, Kevin Mayer ambitionne de faire aussi bien, ce week-end, à l’heptathlon. L’élève de Bertrand Valcin a amélioré durant la saison hivernale deux de ses records en franchissant 5m60 à la perche et en claquant un très prometteur 7’’79 sur 60m haies. De quoi laisser augurer de belles choses pour ce mondial indoor. Agé de 24 ans, Ruben Gado, licencié à Clermont, participera également à l’heptathlon après avoir porté son total à 6 014 points en début d’année, lors d’un match international à Madrid.

Enfin, les deux derniers sélectionnés tricolores seront, eux aussi, à suivre de près puisque figurant dans le top 10 mondial cette année au 60m haies. Aurel Manga pointe au 8e rang avec un chrono de 7’’53 réalisé lors du Championnat de France à Liévin le 17 février, tandis que son compatriote Pascal Martinot-Lagarde, médaillé d’argent à Portland (Etats-Unis) en 2016, le talonne d’une place en 7’’54. Les deux garçons devront évoluer à leur tout meilleur niveau pour espérer prétendre au podium dans une discipline une fois encore très dense. La meilleure performance mondiale de l’hiver est détenue par l’Américain Grant Holloway qui a été flashé en 7’’42 début février.

Du côté des filles, elles sont quatre du voyage outre-Manche dans des disciplines très différentes : saut à la perche, saut en longueur, 60m et pentathlon. Si les chances de médaille semblent plus minces que pour leurs homologues masculins, une belle surprise pourrait, pourquoi pas, se produire dans un grand jour. On pense notamment à Eloyse Lesueur-Aymonin, huitième mondiale avec un saut à 6m69 au championnat de France. L’élève de Renaud Longuèvre, qu’elle a retrouvé cette saison après une collaboration de deux ans avec le duo Teddy Tamgho-Laurence Bily, rêve de refaire le même coup en salle qu’en 2014, année de son sacre planétaire en Pologne.

Déjà deux fois championne d’Europe indoor en 2011 et 2013, Antoinette Nana Djimou se verrait bien aussi revenir de ces championnats avec une première médaille au niveau mondial. L’athlète de 32 ans, coachée par Bertrand Valcin à Montpellier, a réalisé 4 456 points au pentathlon cette année ce qui la positionne actuellement parmi le top 10. Mais le podium devrait certainement se jouer à plus de 4 600 points. Il y a deux ans, il fallait même réaliser 4 770 points exactement pour être médaillée.

En pleine progression depuis deux saisons (elle a gagné 32 centimètres depuis 2016), la perchiste Ninon Guillon-Romarin, 22 ans, aura également une belle carte à jouer dans sa discipline où elle pointe à la sixième place des bilans mondiaux avec ses 4m72 réalisés dimanche à Clermont-Ferrand. Sur 60 m, objectif demi-finales, enfin, pour la sprinteuse Carolle Zahi (au centre de la photo) qui a été sacrée en février championne de la France de la discipline après avoir battu de trois centièmes son record (7’’15) quelques semaines auparavant.

Basile REGOLI – (c) FFA/KMSP

PROGRAMME des tricolores (heure française) :

  • Vendredi 2 mars  

(11h00) 60 m (Heptathlon) – Kevin Mayer et Ruben Gado

(11h18) 60 m haies (Pentathlon) – Antoinette Nana Djimou

(11h35) 60 m dames (séries) – Carolle Zahi

(11h40) Longueur (Heptathlon) – Kevin Mayer et Ruben Gado

(12h55) Hauteur (Pentathlon) – Antoinette Nana Djimou

(13h00) Poids (Heptathlon) – Kevin Mayer et Ruben Gado

(14h15) Poids (Pentathlon) – Antoinette Nana Djimou

(19h00) Longueur (Pentathlon) – Antoinette Nana Djimou

(19h50) 60 m dames (demi-finales)

(20h45) Hauteur (Heptathlon) – Kevin Mayer et Ruben Gado

(21h17) 800 m (Pentathlon) – Antoinette Nana Djimou

(22h38) 60 m dames (finale)

  • Samedi 3 mars

(11h00) 60 m haies (Heptathlon) – Kevin Mayer et Ruben Gado

(12h05) Perche (Heptathlon) – Kevin Mayer et Ruben Gado

(19h00) Perche dames (finale) – Ninon Guillon-Romarin

(19h30) 60 m haies hommes (séries) – Aurel Manga et Pascal Martinot-Lagarde

(20h50) 1000 m (Heptathlon) – Kevin Mayer et Ruben Gado

  • Dimanche 4 mars

(16h00) Perche (finale) – Renaud Lavillenie et Axel Chapelle

(16h05) 60 m haies hommes (demi-finales)

(16h27) Longueur dames (finale) – Eloyse Lesueur-Aymonin

(18h00) 60 m haies hommes (finale)