VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Mondiaux de cross : la der de Chahdi

A la fin d’un hiver très copieux, le nouveau champion de France Hassan Chahdi referme ce samedi matin (7h10, heure française) à Guiyang (Chine) la page cross avant de se tourner vers le marathon. Objectif: un « top 10 ou 15 ».
Après tout ça, il aurait pu passer son tour. Sacré pour la première fois de sa carrière champion de France de cross et du 3000 mètres en salle, auteur dans la foulée de débuts fracassants sur semi-marathon à Paris (4e en 1h01’42’’), Hassan Chahdi a déjà beaucoup donné cet hiver. Pas moins de dix dossards accrochés depuis le mois de novembre, certes pas à chaque fois avec un engagement total…
Mais avant de refermer la page du cross pour se consacrer entièrement à son passage sur marathon, le Savoyard (25 ans) n’a pas eu le coeur zapper les Mondiaux de Guiyang (Chine). « Déjà qu’il n’y avait pas beaucoup de candidats pour y aller (ndlr: seulement deux hommes et une femme chez les seniors), si moi aussi je me défilais alors que je suis champion de France, cela n’aurait pas été bien pour la fédération, dit-il. Je ne me sacrifie pas pour autant. C’est un honneur de courir avec le maillot bleu. Bon, je n’y attends rien de particulier parce que je ne sais pas vraiment si j’aurais récupéré, mais j’y vais pour prendre du plaisir. Pour moi, les Mondiaux de cross, c’est vraiment ce qui se fait de mieux en athlétisme. »
Son coach, Jean-Claude Vollmer, avoue lui-même qu’il n’était « pas très chaud » à l’idée de voir son athlète prolonger l’hiver de deux semaines. « Mais en tant qu’ancien directeur des équipes de France, je sais qu’une sélection ne se refuse pas, admet-il. Et ce sera un bon moyen de voir quel est son niveau dans un contexte international très relevé. Dans cette épreuve, le moindre relâchement se paye cash… »

« Je sens que j’ai passé un cap cette année »

En deux semaines, Chahdi a fait ce qu’il a pu pour tenter de se maintenir sous pression. Priorité a été donné à la récupération, car le semi-marathon de Paris a laissé des traces. Il s’est aussi astreint à quelques séances en chambre chaude afin de s’habituer au climat chinois. Porté par un nouvel enthousiasme, cela peut passer pour le vice-champion d’Europe 2012 (Budapest) qui avait décroché l’année précédente une belle 23e place aux Mondiaux de Punta Umbria (2e Européen). « A priori, je suis mieux qu’à cette époque, dit-il. A l’entraînement, je sens que j’ai passé un cap cette année. L’objectif, c’est de faire un top 10 ou un top 15. Ce serait déjà très bien. »
Puis il sera temps de penser à prendre quelques jours de repos. Car avec une première expérience sur marathon à préparer pour la rentrée (Berlin?) ou le printemps prochain, l’été va être (très) chargé.
Photo : Yves-Marie Quemener