->
VO2
VO2 RUN - Le magazine de toutes les courses à pied !

Le meeting VAFA, des idées pour se développer

Focus sur la dixième édition du meeting VAFA s’est déroulée vendredi 12 juin dernière au Stade Geneviève Lemaire de Villeneuve d’Ascq.

Le meeting VAFA (1) fait partie de ces myriades de meetings régionaux pour lesquels les organisateurs cherchent à monter les meilleures courses possibles. Trouver un lièvre capable d’emmener sur les bases demandées, communiquer pour réunir les athlètes désireux d’aller vite, un coup de fil à un coach susceptible de ramener ses ouailles, sans parler de la logistique à mettre en place ; dans la même veine que le meeting Fungana (lire ici), tel fut le challenge mené par Didier Lieven et ses compères pour mettre sur pied le meeting VAFA, au budget avoisinant les 8 000 euros et qui aspire à glaner le label national l’année prochaine.

Photo Jean-François Colin

Photo Jean-François Colin

Vendredi 12 juin, ils furent pas loin de 500 athlètes à participer (150 performances enregistrées de plus par rapport la précédente édition) à un meeting estampillé demi-fond – le club organise également le cross éponyme (on vous en parlait ici) – alors que l’épreuve était aussi, comme les années précédentes, le support des régionaux de 5 000 m et de 3 000 m steeple.

 « On s’était fixés comme premier objectif d’avoir un gros 800 masculin et un gros 1 500 m féminin (2). La difficulté, c’est que les athlètes vont sur pas mal de compétitions en Belgique, comme à Oordegem. En fonction de leurs résultats, du bilan national puisque la qualification se joue à la place, c’est toujours à la dernière minute. Mais bon, c’est dans tous les meetings pareil » explique Didier Lieven.

Un meeting à la mode belge ?

« Après, c’est l’effet boule de neige. Quand on annonce qu’il y a un lièvre ou un bon plateau, les gens viennent. Il faut amorcer la pompe avec deux-trois noms » poursuit l’ancien coureur de 4H et de 800. Cette année, l’accent avait été mis sur les primes. 100 euros aux vainqueurs des épreuves primées, et le double en cas de record du meeting. Sans oublier les lièvres, récompensés de manière substantielle pour mener les courses sur le tempo idoine.

Photo Jean-François Colin

Photo Jean-François Colin

« Pour nous, un lièvre se sacrifie pour les autres et ne fait pas de perf. C’est notre philosophie et c’est la première fois qu’on le faisait. On est dans l’optique d’avoir des athlètes qui emmènent sur un bon rythme afin que les athlètes viennent en se disant qu’ils vont pouvoir faire un chrono. Les athlètes ne sont pas intéressés  par l’argent, mais veulent faire un chrono pour se qualifier pour les championnats Elite ou Nationaux » développe Didier Lieven, l’un des 80 officiels et bénévoles. « C’est aussi la marque VAFA qui veut ça. On veut être irréprochable dans l’organisation, même si on ne l’est vraiment jamais. On n’hésite pas à mettre le nombre de jurys et d’officiels. Il faut que les athlètes et le public soient dans les meilleures conditions ».

« Seul on court plus vite mais ensemble on va plus loin »

Une dimension « collective » marqueur du club. C’est ainsi que la ligne directrice pour les cinq prochaines années se résume dans le slogan suivant : « Seul on court plus vite mais ensemble on va plus loin ».

« C’est vraiment une ambition collective. On veut favoriser l’athlé sous toutes ses formes, du haut niveau à la marche nordique » glisse Didier Lieven, alors que la VAFA s’apprête à monter en N1 C aux Interclubs, et a également terminé 3e du challenge national de cross.

Photo Jean-François Colin

Photo Jean-François Colin

L’année prochaine, le meeting VAFA envisage d’innover. « On réfléchit à deux choses » reprend celui qui , dans la vie active, est en charge du marketing, de l’innovation et de la prospective au Ports de Lille.

« On réfléchit à éventuellement modifier le format, comme ce qui se fait sur les meetings belge. Avec un avant-programme, puis en début de soirée (19-20h) les top séries des 800 – 1 500 m et les courses phares, puis un post-programme. On concentre ainsi les plus grosses courses sur un temps très court (vendredi dernier, il y a eu quatre séries pour le 800 femmes, et neuf chez les hommes, ndlr) ».

L’autre possibilité est « de pourquoi pas travailler avec les autres meetings de la métropole lilloise, Lomme et Halluin, pour faire une sorte de Ch’ti Athlétic Tour, ramassé sur une dizaine de jours. On pourrait héberger les athlètes sur la région avec un meeting tous les 3-4 jours, et un challenge pour ceux qui font les meilleures perfs etc… ».

Photo Jean-François Colin

Photo Jean-François Colin

Avant de penser à la 11e édition, place à l’organisation du cross (renommé désormais cross du Héron), programmé le 6 décembre prochain, « avec une réunion la semaine prochaine. C’est six mois pour le meeting et six mois pour le cross » conclut Didier Lieven. Une autre forme de performance…

(1) Le Villeneuve d’Ascq Fretin Athlétisme (VAFA), est né en 2012 de l’entente entre deux clubs nordistes, l’Ac Villeneuve d’Ascq (ACVA) et le Jogging Athlétisme Fretin (JAF).

(2) Sur 800 m, quatre coureurs sont descendus sous les 1’50’’, la victoire revenant au Lillois Azzedine Boudjemaa, en 1’48’’51. Les espoirs Hugo Houyez (1’49’’22) et Gaétan Manceaux (1’49’’35), qui avaient dans un coin de la tête les minima pour les championnats d’Europe de la catégorie, ont pris les 3e et 4e places, alors que le junior Quentin Tison, fatigué par ses trois 1 500 mètres bouclé en 3’42’’, prit la septième place en 1’51’’21 (record personnel).

Thomas Deleu s’imposa de son côté sur le 1 500 m (3’52’’47), de même que la Rémoise Anaïs Dechamps chez les femmes (4’31’’11).

Les résultats complets : cliquez-ici.

Azzedine Boudjemaa l'a emporté sur 800 m (Photo Jean-François Colin)

Azzedine Boudjemaa l’a emporté sur 800 m (Photo Jean-François Colin)